29-05-2018

Ramadan sous la Lune

FB_IMG_1526816856537

Dans le désert sous la Lune

Venus de loin

Deux dromadaires  avançaient.

Sur le dos de chacun

Une selle d’or et d’argent

L’un derrière l’autre ils avançaient.

À la selle d’or

Pendait une goutte d’argent

À la selle d’argent

Pendait une goutte d’or.

Chacune d’elles

Retenue à la selle

Par un noeud, scellé d’un Sceau.

 

Sur le dromadaire de devant

Était assis le prince céleste

Âme , esprit subtil.

Sur le dromadaire de derrière

Était assis la princesse divine

Matrice, cœur de chair.

Le cavalier et la cavalière

Maîtres de leurs montures

Étaient tous deux

Vêtus de blanc.

Avançaient droit devant eux

Ils traversaient le vaste désert.

Où ces deux cavaliers pouvaient-ils bien se rendre ?

Les deux dromadaires

Franchissait les dunes

D’un pas pesant

Une dune après l’autre

En silence

Ils avançaient

Comme deux points

De départ sur le chemin.

Ils se nourrissaient

de feu et buvait de la lumière.

Pris dans le mouvement

Qu’ils avaient déclenchés

Ils ne pouvaient pas renoncer

Ils étaient entraînés.

Tout pèlerin

A besoin d’une étoile

Pour guider sa route.

Dans ce mouvement d’abandon

Ils découvrirent

L’Étoile qui jaillissait.

 

Le feu que vous allumez s’accompagne toujours de la lumière. Le feu communique sa chaleur puis sa lumière.  En s’exposant aux rayons du Soleil, notre âme se réchauffe, et notre égo se dilate.

Posté par suluk dans Sâlikun | Pas encore de commentaires »

19-05-2018

Les quatre oiseaux de l’âme

IMG_20180518_200628_626

Dans les poèmes de Djalâl ad Dîn Rûmî, l’oiseau y est le symbole de l’âme en quête de Dieu.

« ku! ku ! » chante l’oiseau en persan. « où ? où ? », « où est Dieu ? ». Ou encore «  hu! hu ! », une contraction de l’arabe « huwa » qui signifie « Lui ! Lui ! » c’est à dire Dieu .

Dans l’univers de Rûmî, tout se fonde sur la quête de l’Absolue, tout se mû par amour. Dans le Mesnevi chaque conte à une morale et un enseignement. Pour lire Rûmî, il faut se laisser guider par la beauté du texte, entrer dans son univers sans préjugé, et se laisser guider par son coeur. Rûmî nous apprend à changer de regard, saisir les signes de l’au-delà des signes. Son imagination  nous fait rentrer dans un monde spirituel. L’imagination qui est une jonction entre ce bas monde et le monde spirituel. Les images sont des formes incorporelles perçues par l’esprit et le coeur, qui revoient à la réalité essentielle (Haqîqa) de ces formes.

« Dépose le monde tel qu’on le connaît, li avec le coeur, découvre un nouveau langage ».

O toi ! Tu es l’Abraham de notre temps. Toi aussi, tu dois égorger quatre oiseaux qui, tels des bandits, de grand chemin, font obstacle à ta route. Ils crèvent les yeux des hommes sensés. Il y a dans le corps humain quatre attributs correspondant à ses oiseaux. Si on les sacrifie, la voie de l’âme se libère. O Abraham ! Égorge-les, si tu veux que tes pieds soient déliés. Si tu désires ressusciter le peuple et le rendre éternel, tu devras les égorger vivant! Ces oiseaux sont le paon, le canard, le corbeau et le coq. Le coq représente le désir charnel, le paon la vanité, le corbeau le désir de longévité et le canard l’avidité. (Mesnevi)

Le coq envieux, le paon prétentieux, le corbeau possessif, le canard pressé, tue-les et fais les revivre autrement, changés et bons. (Quatrain)

Les quatre oiseaux qui barrent la voie sont en réalité quatre caractéristiques corporelles, les sacrifier permet à l’âme de s’élever.

Les quatre oiseaux immatériels qui barrent la Voie ont élu domicile dans le coeur des hommes. Ce sont en réalité des images de quatre mauvaises dispositions dans le coeur de l’Homme. Sacrifiez ces quatre oiseaux pour passer de la vie animale, à la vie spirituelle.

Le canard représente la cupidité, le coq la luxure, le paon et son arrogance et le désir de l’immortalité du corbeau.

Voilà quatre extraits qui montrent leur symbolique :

*Le Paon

 Le moment est venu de décrire le paon qui se pavane. Son seul souci est de capter l’attention d’autrui sans même connaître la raison de cette manière d’agir. Il est comme un piège qui ignore tout du gibier car il n’est qu’un instrument et ne connaît pas la finalité. Quelle curieuse chose qu’un piège ! Il fonctionne mais n’en retire aucun profit.

  Ô mon frère ! Tu as réuni autour de toi tous tes amis. Tu as passé de bons moments avec eux puis, tu les as tués ! Depuis que tu es au monde, tu ne fais que cela. Tu essaies d’attraper les gens avec le piège de l’amitié. Mais, tu n’obtiendras rien de ton entourage. Une grande partie de ta vie s’est déjà écoulée. La nuit est en train de tomber et toi, tu songes encore à poser tes pièges ! Tu captures une bête, tu en libères une autre. C’est là le jeu d’un enfant ignorant. Quand viendra la nuit, tous tes pièges seront vides. Tout ceci n’est qu’un boulet, une entrave qui gêne ta marche. Tu te prends à ton propre piège et te prives de tes possibilités !

A-t-on jamais eu connaissance d’un chasseur victime de ses propres pièges ?

  Le seul gibier intéressant, c’est l’amour. Mais quel est le piège qui sert à sa capture ? Mieux vaut tomber dans les pièges de l’amour. Laisse tes pièges et va vers les siens.

  En ce moment même, l’amour me glisse à l’oreille cette vérité :

« Il vaut mieux être le gibier que le chasseur. » (Mesnevi)

*La Marre

Un jour, un faucon dit à un canard :
– Viens habiter dans la prairie. Tu y connaîtras le bonheur. Quitte ta marre pour venir avec moi !
Le canard répond :
– Va-t’en ! Pour ceux de mon espèce, l’eau est le château fort de la joie.
Pour le canard de notre ego, Satan est comme le faucon. Regardes-y à deux fois avant de quitter ta marre ! (Mesnevi)

Ô toi asservi au froid de l’hiver comme le corbeau
Tu es privé du rossignol, de la roseraie et du jardin
Écoute ! Si par négligence tu laisses échapper cet instant
Tu feras bien des recherches, avec cent yeux et cent flambeaux. (Mesnevi)

Il y a un canard au-dedans de toi.
Son bec ne connais  jamais de repos, fouillant dans l’humide comme dans le sec,tel un voleur dans une maison vide,qui fourre tous les objets dans son sac,perles, pois chiches, ou n’importe quoi …
pensant sans cesse « Il n’y a plus de temps.Je n’aurai jamais une autre chance. » (Quatrain)

Nous finirons avec ce verset du noble Coran :

« Et quand Abraham dit: «Mon Enseigneur ! Fais-moi voir comment Tu donnes la vie aux morts ! », Allah dit: «Eh bien, n’as tu jamais mis en œuvre le dépôt confié ?» «Si ! dit Abraham; mais que mon cœur soit rassuré».
Prends donc, dit Allah, quatre sortes de volatiles, découpe-les contre toi, ensuite mets en un fragment sur chaque mont , puis appelle-les : ils viendront à toi instantanément. Sache : Allah est Inaccessible , Sage.»    ( Sourate 2, verset 260 )

Rûmî nous enseigne donc que couper le cou de ces quatre oiseaux revient à purifier son caractère. À polir et nettoyer son coeur de ses quatre tâches jusqu’à le rendre lisse tel un miroir, qui  pourra accueillir le reflet de La Lumière Divine.

« Cherche en toi, ces quatre oiseaux sacrifie- les pour pouvoir t’envoler. »

____________________________________________________

Posté par suluk dans Sâlikun | Pas encore de commentaires »

14-04-2018

Voyage céleste

 

photo_VCE_low_001

L’élévation céleste de notre bien – aimé Mohammed (que la paix et les bénédictions soient sur lui) , est un rappel d’orientation. L’orientation vers le Nord qui symbolise la lumière d’en haut, la lumière du Pôle, au-delà des contraires :[ soleil de minuit ou nuit de lumière ]. Vers un Jérusalem céleste, vers une autre lumière, qui n’est ni d’avant ni d’après. [Retrouver le Nord ], c’est redevenir vertical. Une élévation vers une pure lumière du Nord céleste.

Posté par suluk dans Sâlikun | Pas encore de commentaires »

08-03-2018

L’or spirituel

 

6MZWMjptr__LdCmlGaEsvG6811M

Le souvenir du prophète ( que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui ) est le fondement de la foi. Les mendiants sont comme des rois à cause de son souvenir.  ( Mawlana Jalaluddin Rûmî ) 

Les ténèbres du soir il éclaire, comme la lampe d’un ermite en son refuge nocturne. 

*Ta-ha 

Ami! vois-tu l’éclair ? Regarde! La lueur ! 

 Il possède une véritable «  aura » et représente le métal précieux par excellence, l’or symbolisant la lumière céleste et la perfection.

Diadème du nuage, clarté d’éclair ou lueur de lampe d’ermite. Il éclaire et luit comme la perle marine qu’on a détachée de son fil … fleur à Fleur, rose à Rose, hors de notre prison d’épines. 

* Lumière sur lumière 

Il est la foudre qui revivifie mon cœur. 

*L’or spirituel 

L’or des alchimistes symbolise la perfection, le but à atteindre. Il ne s’agit pas du métal jaune comme on le croit souvent, mais d’une évolution intérieure, d’une élévation de l’alchimiste lui-même, du plan matériel au plan spirituel. Partant du métal vil, le plomb,qui symbolise l’être brut attaché à la matière. Le plomb subit, durant un long parcours, toute une série de transformations qui le conduiront à la transmutation finale : l’or. 

La préparation de l’or spirituel comprend plusieurs états: 

—    l’or astral dont le centre se trouve dans le Soleil : Nul dieu adoré sinon Allah.

—    l’or élémentaire qui correspond à la Lune : Mohammed est le messager d’Allah.

—    l’or vif, le Vrai Feu enfermé dans tout corps sans lequel nul corps ne saurait subsister: Le Dépôt confié. 

 

Que les prières des purs se répandent sur Mohammed, l’or spirituel. Que la prière des meilleurs et des bienveillants se répande sur lui. Tes aubes, ô bien-aimé Messager de Dieu, étaient prières et pleurs. Si seulement ma prose et mon espoir pouvaient être des étapes, sur la voie qui conduit à mon bien- aimé, le Prophète lumineux, le flambeau, dans l’Autre Demeure. 

« Vraiment, Allah et Ses anges effectuent la liaison unifiante de grâce sur le Prophète. Ô vous qui avez mis en oeuvre le Dépôt confié, effectuez la liaison unifiante de grâce sur lui et soumettez-vous entièrement ! 

*Lumière sur lumière, Dieu guide qui il veut vers Sa lumière. 

 

 

 

Posté par suluk dans Non classé | Pas encore de commentaires »

12-12-2017

Sentier chevaleresque : le miel et le feu

 

Screenshot_2017-11-26-12-52-57

Il y a cent quatorze marches et sept de plus, qui mènent à la petite cellule qui abrite l’éclat de la Lune. Vous traversez les gigantesques rochers… rochers lavés par les larmes.

Cent quatorze pas et sept de plus.

Tu seras fatigué et déchiré. Tu verras, les rochers se tournent vers le sable. Tu verras les épines se tournent vers la rose. N’écoute pas le corbeau du désespoir. N’écoute pas ceux qui ne savent pas que Vivre, c’est s’effacer. Et que Aimer, c’est brûler. 

Il y a cent quatorze pas et sept de plus , et la fin est une rose. 

114 marches : 

Et 7 de plus : 

Il y a cent quatorze marches et sept de plus et puis il n’y a qu’à L’aimer. 

Il y a cent quatorze marches et sept de plus,  j’aime toutes les fleurs mais si je devais en choisir une, ça serait la rose. 

Posté par suluk dans Non classé | Pas encore de commentaires »

30-10-2017

L’arbre de la réjouissance

arbre-et-racine-03

 

Réjouis- toi ! 

Seule la lumière qui tombe continuellement du ciel fournit à un arbre l’énergie qui enfouit profondément dans la terre ses puissantes racines. L’arbre est en réalité enraciné dans le ciel. 

Ré -enracinement ! 

Si la connaissance  est un arbre qui chemine. 

Si ses racines sont nourries de la bonne intention. 

Réjouis – toi ! 

Ta connaissance poussera comme un arbre vertueux. 

Comme un arbre généreux, offrant  ses fruits à chaque instant. 

Enracinement ! 

La connaissance est vivante, elle pousse dans le cœur de celui qui la recueille. 

Cette connaissance  arrosée du rappel de Dieu , humide par Sa mention.

Une présence organique, faite de frémissante racines. 

Une volonté de soutien. 

Cette présence une intention l’habite. 

Fontaine au jaillissement continu, nul sécheresse ne l’atteint. 

Elle distribue sans réserve ombres parfumées et éclats nourriciers à ceux que ses ondes attirent.

 Retourne vers ta source ! 

 Où donc est la Source ? 

Réjouis-toi ! 

Si ton intention est la connaissance, qui touche le cœur et le transforme, réjouis -toi. Car les anges déploient pour toi leurs ailes, lorsque tu chemines. Réjouis-toi, car les poissons dans la mer demandent pardon en ta faveur, lorsque tu œuvres. Réjouis-toi, car toute la création entière fait istigfar, pour celui qui prie Dieu de le transformer et de le rapprocher de Lui. 

La connaissance est un chemin, en Allâh, pour Allâh, par Allâh et avec Allâh .

Ré-enracinement ! 

L’arbre de la connaissance, cet être debout comme nous, qui depuis les profondeurs du sol tend résolument vers le haut. Prenant appui sur la base d’humus, il s’épanouit en un véritable entonnoir pour boire la pluie tombée du ciel et, venu de plus haut que lui, pour boire le souffle lumineux dont tout l’univers est animé. 

« Je demande pardon à Allah en dehors de qui il n’y a pas d’autre divinité, le Puissant, le Vivant, qui assure la bonne marche et la subsistance de toute chose et je reviens à Lui. »

 

 

 

 

Posté par suluk dans Non classé | 2 Commentaires »

24-08-2017

à bout de soif

femme-voil-e-2

 

« Au nom de Dieu, le Bienfaiteur, le Miséricordieux. Pardonne-moi mon Dieu, ô Toi le Pardonnant, le Généreux. » 

J’ai voyagé de nuit dans une obscurité baignée de lueur verte, au temps nostalgique des fleurs. 

« Que cherches-tu ? » 

« Ce que j’ai perdu … » 

Je revêtais tour à tour tous les habits qui m’était tracé : manteau de tendresse, chemise d’amour, gilet de passion, veste de nostalgie. J’étais pareil à celui qui boit de l’eau de mer: plus je buvais et plus j’avais soif.Les années s’écoulaient tandis que j’écopais ainsi l’eau. 

…à bout de soif, 

une gorgée d’eau; 

toute mort est vie : 

désert – oasis. 

(…) Si bien que, toute vaste qu’elle fût, la terre leur paraissait exiguë; ils se sentaient à l’étroit dans leur propre personne et ils pensaient qu’il n’y avait d’autre refuge contre Dieu qu’auprès de Lui (…). ( Coran, sourate 9 – verset 46) 

…à bout de soif , 

je me demande : à se donner ainsi, ne va-t-il pas tarir ? 

d’où vient cette source inépuisable ? 

C’est alors que je contemple là-haut les nuages qui se reflètent dans l’eau. Mais oui, l’eau en coulant s’évapore, se condense en nuage dans le ciel, retombe en pluie pour réalimenter le fleuve à sa source. 

Circulation terre- ciel. 

De tout mon être assoiffé, j’ai crié :Merveille! Miracle! 

J’étais égaré et Il m’a guidé, j’étais éloigné et Il m’a rapproché, j’étais perdu et Il m’a orienté, j’étais confuse et Il m’a éclairé, j’étais meurtri et Il a pansé mes blessures. 

Assoiffé,  oiseau sans ailes, je me suis envolé, lorsque dans le ciel, les étoiles gardaient le silence. Je me suis désaltéré, aux nuages de feu. Si je deviens aigle au sommet des montagnes, je volerais vers Toi. 

 

Posté par suluk dans Non classé | Pas encore de commentaires »

04-06-2017

Deviens océanique

 

images (14)

- Deviens océanique. 

Tard, seul, dans le bateau de ma vie, ni terre, ni lumière aux alentours…épais manteau de nuages. 

J’essaie de rester juste au ras de la surface, mais déjà je suis dessous et je vis dans l’océan. 

- Lave toi de toi-même. 

Quand l’océan déferle, laisse- moi faire plus que l’écouter. Laisse la vague inonder ma poitrine ! 

Je suis empli de toi, Océan. Peau, sang, os,cerveau, âme. 

- Les grandes eaux ne pourront éteindre l’amour, ni les fleuves le submerger. 

Allonge-toi sur ces collines qui t’attendent et qui désirent l’orage. 

Voici que la mer se soulève, et la Lune à présent scelle les flots. Tendu comme un arc, Lune claire et élevée. 

Vague après vague engloutissant les ténèbres, l’océan s’enfle autour du vaisseau,et mon âme s’agite comme les flots. 

- Que tes chants roulent au-dessus des abîmes…

Dans cette chanson respire la Patrie. Joue cette mélodie dans mon âme, les flots y sont en furie. 

Joue, je sens déjà des ailes. Je vole au-dessus des flots vers l’arc-en-ciel … Regarde ce que tu as fait en chantant : C’est en moi que se déchaîne l’océan. La chanson s’exhale, déchire mon âme et la Patrie prend forme au-dessus des larmes. Ô Patrie, le soleil t’illumine. 

- Pourquoi dit-on que vous êtes sans Patrie ? 

N’avez-vous donc point le ciel ? 

Vous Voguez … 

Tu es ma Patrie. Tu es mon appui, mon secours. Tu es mon aile, ô Toi, ô ma Patrie ! 

Mon doux souvenir et mon orage tendre. Patrie, ma Patrie, Tu es un soleil, éternellement brillant. 

Posté par suluk dans Non classé | Pas encore de commentaires »

06-05-2017

Comment assumes-tu,la beauté qui te hante ?

images (5)

 

L’arbre assume le printemps, 

Et la mer le couchant, 

Toi, comment assumes-tu, 

La beauté qui te hante ? 

Tu aspire à une autre, 

Plus vive que le printemps, 

Plus vive que le couchant. 

 

Souffle coupé, cœur battant, nous nous trouvons perdus au cœur d’une immensité parsemée de crevasses et de prairies. 

L’âme n’aura de cesse de résonner avec un chant plus vaste que soi. 

Une présence essentielle, faite de frémissantes interactions. Fontaine au jaillissement continu, elle distribue sans réserve ombres parfumées et éclats nourriciers à ceux que ses ondes attirent, oiseaux migrateurs, errants humains.  

Sur le haut du mont  dévoilé par le vent, une fleur nous salue, et voilà que nous tombons à genoux de reconnaissance. Un chant surgi des mémoires et parvient au lèvres : 

Une Rose 

Un regard

Toute une vie 

 

 

Posté par suluk dans Non classé | Pas encore de commentaires »

27-04-2017

Elle ne reste pas sur la branche la fleur de cerisier, elle meurt avant l’été …

 

téléchargement (1)

 

Maître, la Lune claire et paisible brille tellement haut dans le ciel ! 

- Oui, elle brille très  haut ! 

- Maître, aidez-moi à m’élever jusqu’à elle. 

- Pourquoi ? Ne vient-elle pas à toi ? 

 

Contre toutes les terreurs subites…

L’éclat de la lune est intense, comme le bourgeon sur la branche.

La Lune possède sans partage l’essence de la beauté…

On eût dit une fleur pour la délicatesse, la pleine lune pour l’éclat, la mer pour la générosité…

Au printemps des fleurs, en automne la lune, en été une brise fraîche, en hiver la neige… 

Le fini et l’infini, et l’infini le fini. Le présent sous l’éclat de la Lune est l’éternité. 

 

La tristesse s’en était allée, une nouvelle  lune ranimait la terre. 

Tous les atomes de l’univers lançaient un appel, 

Criant en chœur : Bienvenue, Bienvenue !

Bienvenue, rossignol du jardin de la Beauté !

Bienvenue , Lune et Soleil de la Bonne Direction ! 

 

 

Posté par suluk dans Non classé | Pas encore de commentaires »

Cyrilroydlnaight |
Lesouffleduvent |
Eglise Protestante Unie de ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Eglise Chrétienne Evangéliq...
| Allah99
| Eclats de joie !!!!