22-02-2017

Somme du colimaçon

93796893

 

Comme guide j’ai choisi le modeste colimaçon. Ce gentil colimaçon, petite limace à coquille. Offre avec simplicité une première approche de la vie intérieure et du temps qu’elle nécessite : calme, recueillement, effort soutenu et lente progression. Il peut se retirer tout au fond, voire dormir à la mauvaise saison, ou bien se déployer et avancer de son petit pas sans jamais rejeter sa demeure légère. Il sait que le temps est aussi indispensable que la lumière pour croître et pour œuvrer. Il va à son rythme sur son chemin singulier. 

À lui seul il est une leçon de modestie : aussi avancé que se croit le pèlerin dans son parcours, il n’en est qu’à ses premiers pas. Et puis, il y a cette grâce d’être un animal à antennes et d’élever ses yeux bien au-dessus du sol. Du reste, il n’est pas un rampant puisque, tout en adhérent à la terre, il est apte à monter le long des tiges et des branches. Tel l’homme fait d’argile périssable et désireux de se hisser au-dessus de sa condition de terre. Ainsi, sans fracas, sans révolutions spectaculaires, le colimaçon, garde inscrit sur sa coquille le signe de son évolution lente mais certaine.

Lorsque le pèlerin spirituel se met en marche pour le long voyage, il abandonne ses masques et sa carapace, pour aller vers la saison nouvelle, pour devenir printemps. 

Partir à la recherche d’un trésor, un trésor caché, mais qui n’a jamais été perdu; c’est creuser un puits ou désenfouir une source; c’est planter un arbre en prenant tout son temps, puis veiller à sa croissance au fil des jours; c’est commencer une maison par ses fondations, en se gardant des frêles châteaux de sable. C’est monter un à un les barreaux de l’échelle pour cueillir des fruits délicieux ou, plus haut, frôler les nuages, plus haut encore devenir oiseau. C’est gravir une montagne, du moins essayer; c’est labourer une terre avant d’y semer et bien avant de faire les récoltes; ou encore c’est ouvrir une porte avec précaution et non sans un tremblement du cœur, une porte qui donne non sur un espace clos, mais sur l’immensité. 

Le colimaçon n’est pas en permanence retiré au fond de sa coquille, il avance sur les chemins. Il convient de se montrer habile comme le serpent et candide comme la colombe : non pas devenir rusé, mais déjouer les ruses et les embûches qui ne manquent pas sur le chemin, savoir se glisser comme un serpent dans le trou d’un rocher, rester discret, ou pouvoir comme l’oiseau s’envoler et rejoindre à tout instant sa patrie véritable; en aucun cas ne donner prise aux récupérations possibles, mais tel l’éclair filer entre les mailles du filet, telle l’insaisissable lumière…

On comprend que le voyage soit long et qu’il faille pour cela bien mesurer son temps, adopter un pas de colimaçon et se retirer souvent dans une coquille de silence. 

Vis comme sur une montagne : 

Élévation vers un monde supérieur et retrouvailles avec la maison intérieur. Prier, se Rappeler, c’est vivre comme sur une montagne. L’âme qui ne prie pas, ne se rappel pas,  est comme ces oiseaux de basse-cour qui, ayant de grandes ailes, ne savent pas s’en servir. L’ âme qui prie et se rappel, est l’aigle en vole aux ailes déployées. On reconnaît l’arbre à ses fruits. Ceux-ci peuvent être abondants, nourrissants, ou amers voire vénéneux, ou encore inexistants. 

Tout au long du parcours, le voyageur apprend et aussi désapprend.

C’est une quête de longue haleine mais qu’il ne faut pas remettre à plus tard. L’important n’est pas de se presser, mais de ne pas renoncer. 

Cours avec l’étoile …

L’âme est un ciel, qui a pour soleil la l’amour, pour lune la foi, pour étoiles les vertus; ou encore assurément pour soleil la justice ou la charité et pour lune la bienveillance. 

Qu’est devenu notre ami le colimaçon ? 

Certains de ses compagnons ont abandonné le voyage, d’autres se sont laissé écraser par les difficultés du chemin, d’autres encore ont été surpris en route par la mort. Mais lui, obstiné, confiant, il a continué. Il est allé de son petit pas, mais il n’a pas perdu son temps ni gaspillé ses forces. Dressant ses antennes délicates vers le ciel, un jour lui est venue l’audace de quitter le sol familier, de grimper le long d’un arbuste, monter à la verticale d’une montagne …

Levez les yeux, regardez, regardez plus haut : son ultime métamorphose n’est autre que le déploiement. L’enroulé est devenu le déroulé par excellence. Tel est le grand retournement, tel est l’ultime envol. Il a bondi d’un coup au-delà de ses limites physiques, par-delà l’écran du visible. Il est remonté à la Source. Il était un limaçon, où il se croyait dévolu à la poussière, au monde de l’en-bas. Il a filé d’un bond vers le haut. Il a quitté à jamais sa coquille; aussi peut-il tourbillonner. Pour chacun, il n’est d’équilibre qu’au sommet de son être.

 

  

Posté par suluk dans Non classé | Pas encore de commentaires »

19-02-2017

Méditations bercées

 

chinese-bamboo-painting

Le bambou, dont la tige est élancée et les feuilles acérées sont proches des traits de calligraphie. Les sens symboliques qu’il suscite sont multiples.

Quels-sont-ils ? D’abord la droiture et l’élévation, à l’image de cette plante qui s’élance tout droit comme un jet. Un jet toujours vert …l’islam demeure toujours vert. Puis l’idée d’un perpétuel dépassement de soi. En effet, en sa croissance, le bambou ne pousse pas sur une simple ligne continue; il est formé d’une succession de sections, comme autant d’étapes de vie, ou autant de sauts qualitatifs par lesquels il cherche à se dépasser. Une autre vertu encore suggérée par un aspect spécifique du bambou : l’intérieur de celui-ci est creux, plus exactement, il est vide. Avoir le cœur vide signifie, avoir un cœur habité de vacuité, c’est-à- dire un cœur dénué de vanité et de suffisance. La vertu en question, n’est autre que l’humilité. 

A-t-on épuisé là les vertus incarnées par le bambou ? 

On sait que la tige de bambou porte en son extrémité de longues feuilles fines et mobiles. Lorsque passe une brise, elles produisent des sons susurrants et mélodieux. Le sommet du bambou rayonne ainsi d’une qualité : la grâce du recueillement. 

Les étapes de l’élévation du bambou : 

Le bambou va accéder à diverses station, tels l’éveil, le repentir, la méditation ou encore le rappel. Puis au deuxième degré, il vit, et goûte à la tristesse, la crainte et en s’élevant encore trouve les stations de l’auto-évaluation, de la sincérité, de la confiance. Plus haut encore, il y a la patience et la persévérance, la satisfaction, le remerciement, la pudeur, la sincérité, l’humilité. 

Ensuite, une série de stations sont liées à la volonté, la certitude, la pauvreté en Lui, puis à la sagesse, le savoir, le discernement, l’inspiration, la paix. Aux degrés supérieurs, on trouve la soif, le désir spirituel, l’amour et enfin la pureté, la joie, le secret. Aux niveaux les plus élevés,  le bambou est témoin du témoignage, et il expérimente la contraction, l’épanchement-effusion, l’ivresse spirituelle, le lien et la séparation. 

Ici, il atteint les vérités, pour enfin accéder à l’étape ultime, où se vit l’extinction … la libération de son être. Bercé en son sommet, le bambou à purifié son cœur et à trouvé la paix , la félicité et l’amour. 

Posté par suluk dans Non classé | Pas encore de commentaires »

03-07-2016

la blancheur du silence

 

10294501_10153996838453599_670935589455236737_n

 

« Le silence n’a pas de contours comme l’espace n’a point de bornes car, comme l’espace, le silence est consubstantiel à tout. »

(Malcom de Chazal)

 

On croit toujours qu’il faut parler pour communiquer et les silences avec d’autres deviennent vite pesants, alors on raconte vite n’importe quoi pour contrer la gêne diffusée, pour effacer la peur de l’ennui : c’est là une maladie de l’esprit…

La crainte de vivre en silence crée une civilisation superficielle, qui se coupe de ces moments intenses où l’on se laisse flotter dans le subtile d’être à être.

 

Blanc, il éclaire la nuit d’une brillance unique, puis se teinte doucement des couleurs d’aurore. J’ai tout de suite senti un silence isolant. La blancheur qui étouffe les sons. Elle est poésie pure, elle irradie le calme… c’est du silence blanc. 

Sans bruit la blancheur redevient eau et dévoile une mousse Verte. 

Je me fuis, je m’éloigne. Tout ce qui fut part en poussière. Mon âme comme un voile se perd, se dérobe et se cache à l’horizon. 

 

Posté par suluk dans Contemplation méditative ... retour à l'essentiel | Pas encore de commentaires »

21-06-2016

On a souvent besoin d’un plus petit que soi

13239382_1127956083923759_4436865774864861233_n

Chez les végétaux, on a souvent besoin d’un plus petit que soi. 

Voyez cette petite éponge qui mène une vie obscure sous la banquise. La lumière est rare, surtout pendant la longue nuit astrale. Dans ces milieux hostiles, ni l’algue, faute de lumière que lui procure l’éponge, ni l’éponge, faute d’aliments que lui procure l’algue, ne pourraient survivre seules. Ensemble elles relèvent le défi !  

Le milieu marin est le siège de symbioses étonnantes et souvent complexes. Mais les symbioses ne sont pas propre au milieu marin. Il n’est pas rare de voir de petits oiseaux tourner autour de troupeaux de buffles. Ces pique-bœufs se nourrissent de tiques et de larves d’insectes logées dans la peau des buffles, et complètent leurs repas en avalant des insectes soulevés par le pas des troupeaux.   Ils assurent l’hygiène des buffles et forment une garde vigilante et donnent ainsi l’alerte à l’approche de tout prédateur éventuel. L’oiseau protège le buffle et le buffle le nourrit. Une parfaite symbiose ! 

Le tilleul, bien que grelottant de froid sous la pluie, offre encore aux moineaux l’abri de son feuillage. 

La grandeur de l’humain ne repose pas dans sa capacité intellectuel mais dans sa capacité à saisir sa part d’émotion.

 La terre qui est immense repose sur le dos d’une fourmis.

Quand on voit la grandeur d’une fourmis dans sa petite taille, on comprend que souvent la grandeur se trouve dans la petitesse. Le pèlerin sur la voie doit constamment apprendre à désapprendre, il est le pauvre de Dieu (al faqir). L’expérience religieuse c’est cultiver la sincérité dans la réalisation de notre pauvreté (faqir). 

Posté par suluk dans Contemplation méditative ... retour à l'essentiel | Pas encore de commentaires »

11-06-2016

Au coeur de ce désert : le Ramadan

bedouins-in-desert

Le désert permet une remise à plat, un nouveau départ … Il est un des révélateurs de tous les possibles en nous , miroir de nous même et du monde spirituel en même temps …

Le désert est toujours à l’avant-garde de la prière et du jeûne. Par sa méditation , il rend à notre cœur sa part secrète, enfouie . Au cœur du désert, le chercheur de Vérité apprend l’humilité des dunes et le grand désir de l’infini. Cet espace parle, suggère, souffle, évoque un silence au-delà du simple fait de se taire, au-delà du silence même. Il ouvre l’âme au dépouillement, retourne la surface des choses pour en montrer l’envers. Ce lieu est symbole de la soif et de la faim, de la mort par le soleil , de la chaleur intense , de la purification, et du vide des traces humaines , tellement éphémères sur le sable.

C’est sûrement le lieu privilégié de la rencontre avec le Divin , le désert étant un lieu vaste, dénudé et aride, mais aussi, curieusement, le lieu de prédilection de beaucoup de personnes du point de vue spirituel , car dans le rapport à l’immensité désertique, l’homme est conscient de sa faiblesse physique, mais paradoxalement empli de sa grandeur.

Le jeûne du mois de Ramadan est l’un des cinq piliers de la religion musulmane, prescrits par Dieu ( qu’Il soit exalté ) au prophète Mohammed ( que la paix et le salut soit sur lui ) et à ses fidèles . Si l’on considère la racine du mot: ramida signifie “être brûlant” (jour, soleil), ramada signifie “coup de chaleur”, irtamada “être consumé ou se consumer”. C’est pourquoi ce mois s’appelle Ramadan , car il brûle les péchés et l’ego par la soif et la faim.“Celui qui jeûne le mois de Ramadan, en connaissant et en respectant les règles du jeûne, expie son passé.”

Le mois de Ramadan correspond au neuvième mois du calendrier musulman lunaire, se situant entre le mois de Châabane et le mois de Chawal. Ce chiffre 9 ferait allusion aux neuf services spirituels qui résultent de la maîtrise de l’ego. Ils sont mentionnés dans le 112ème verset de la 9ème sourate, celle du Repentir : «Heureux son ceux qui se repentent à Dieu, L’adorent, Le glorifient, jeûnent, s’inclinent, se prosternent, ordonnent le bien, désavouent le mal et observent les commandements de Dieu.»
Le 9 est le dernier nombre simple , il annonce la fin d’une série de nombres et le commencement d’une nouvelle série de 10 . Il est donc le symbole de la fin et du renouveau et en tant que produit de 3×3, il est l’expression de la perfection.

 

Posté par suluk dans Ramadan | Pas encore de commentaires »

03-04-2016

Loué sois-tu, mon Seigneur, Créateur de toute les créatures

 

11020635_357274787802788_2470592838503279483_n

 

Loué sois-tu, mon Seigneur, Créateur de toute les créatures :

 pour le soleil,
qui donne le jour, et par qui Tu nous éclaires. 

Loué sois-tu, mon Seigneur, Créateur de toute les créatures :
pour lune et pour les étoiles,
Tu les as créés , claires, précieuses et belles.

Loué sois-tu, mon Seigneur, Créateur de toute les créatures :
pour le vent,
pour l’air et les nuages, et le ciel pur, et tous les temps.

Loué sois-tu, mon Seigneur, Créateur de toute les créatures :
pour l’eau,
qui est vie,  humble, précieuse et chaste.
Loué sois-tu, mon Seigneur, Créateur de toute les créatures :

pour le feu,
par qui tu éclaires la nuit ;
il est beau, robuste et fort.

Loué sois-tu, mon Seigneur, Créateur de toute les créatures :
pour la terre,
qui nous soutient et nous nourrit,
et produit divers fruits, l’herbe et les fleurs 
aux mille couleurs. 

Loué sois-tu, mon Seigneur, Créateur de toute les créatures :
pour notre  mort corporelle, à qui nul homme vivant ne peut échapper.

Loué sois-tu, mon Seigneur, Créateur de toute les créatures. 

Posté par suluk dans Contemplation méditative ... retour à l'essentiel, Poésie | Pas encore de commentaires »

24-10-2015

La générosité de l’arbre

 

1148996_615192868511632_229619839_n

L’arbre est un exemple de générosité .

Serait – t’il possible d’énumérer tout les bienfaits de l’arbre ?

Est – t’il possible de dénombrer toute les semences qu’il libère aux quatre vents ?

Est – t’il possible de dire combien de fleurs offre le marronnier , le cerisier ?

Combien de fruits sur le pommier , le prunier ?

Même l’avidité en serait rassasiée !

Or fleurs et fruits ne sont que ses dons les plus visibles , l’arbre donne encore sa sève , son humus et son bois .

Peut – on parvenir à détailler la générosité de l’arbre ?

Il donne de l’air , de la fraîcheur et de l’ombre .

Il donne refuge au chant de l’oiseau , à la visite de l’écureuil et à la cabane de l’enfant .

À celui qui vit en solitaire , comme à celui qui vit en colonie , au prédateur comme à sa proie , il offre gîte , abris et couverts .

La générosité de l’arbre est inépuisable …

Pour être pleinement conscient de la générosité de l’arbre , il faut avoir enduré  l’hiver comme lui .

Posté par suluk dans Contemplation méditative ... retour à l'essentiel | Pas encore de commentaires »

19-10-2015

L’automne

13091_865865503473218_8861738626113493812_n

 

Quand vient l’automne , les feuilles tombent des arbres et on cueille les fruits mûrs . Certains comme les noix ou les châtaignes perdent leur enveloppe .

L’automne est la période de la séparation. Et de même que le fruit se sépare de l’arbre , et que le noyau ou la graine se sépare du fruit , l’âme humaine un jour se séparera du corps . À l’automne , le spectacle de la nature nous invite à méditer sur cette séparation. Le moment venue l’âme humaine doit quitter son enveloppe ( corps ) .

Les fruits des arbres atteignent leur fin propre , lorsqu’ils sont cueillies , juste à quelque moment avant que survienne la fin de leur vie .

Le renouvellement de la nature , correspond à une résurrection. Il symbolise la sagesse engendré par un perpétuel renoncement .

Ce renoncement vie sur trois principes :

- La nécessité de penser à l’impermanence  , à la mort ;

- La lutte contre les actions vicieuse ;

- L’abandon à la beauté des pensées .

Parce qu’une mort n’est pas une fin , elle est une étape nécessaire qui prépare une résurrection. Une résurrection qui peut être vue d’un point vue spirituel , pas seulement physique . La résurrection suppose d’abord la mort , et elle vient ensuite comme un processus de transformation qui se fait par phases successives . Elle peut donc être assimilée à une nouvelle naissance .

Le diamant est considéré comme la pierre la plus précieuse . Or , à l’origine , qu’est – ce que le diamant ? Du carbone qui , sous l’effet d’une pression forte et d’une forte température , se transforme au point de devenir cette pierre brillante .

Quand on s’émerveille devant un diamant, on considère seulement son apparence et les qualités qu’il présente maintenant , on ne s’arrête pas sur ce qu’il a dû subir pour avoir cet éclat et cette dureté , cette résistance aux agressions  qui le rendent si remarquable . De la même façon  , l’histoire du cheminant rejoint celle du diamant , tout d’abord , il n’était peu – être lui aussi qu’un simple carbone , mais grâce aux pressions énormes qu’il a dû subir ( épreuves)  , et à la grande chaleur qu’il a produite en lui ( son amour ) , il est devenu un diamant , un  éclat de lumière .

« Celui qui cherche les défauts en soi trouvera ce qui est juste dans son Cœur.
Celui qui marche avec effort vers son Amour verra le remède dans son épreuve . »

(Rûmî )

Posté par suluk dans Contemplation méditative ... retour à l'essentiel | Pas encore de commentaires »

17-10-2015

Les arbres, les fleurs et l’herbe poussent en silence

 

11390186_948193005201894_8547904640792420680_n

Les arbres, les fleurs et l’herbe poussent en silence. Regarde les étoiles, la lune et le soleil, comment ils se meuvent silencieusement.

La terre, être silencieux dont nous sommes les habitants , recèle les valeurs permanentes faites de ce qui nous manque le plus : la cadence juste, la saveur des cycles et  la patience…

Le désert et le rossignol . L’un par son silence , évoque la profondeur ; l’autre , par son chant , annonce le printemps . Le désert et le rossignol sont le renouveau . Le printemps est la saison du renouveau , le moment où la graine se libère . Mais pour se libérer la graine doit d’abord mourir . Cette mort est la condition pour que le germe puisse sortir , devenir racines , tige , branches , feuilles , fleurs , fruits …Jusque – là , la graine est une créature figée , inerte , en  attente de bonnes conditions pour perpétuer la vie et produire des fruits qui donneront à leur tour de nouvelles graines . La graine semble morte , mais au printemps , avec le retour de la chaleur , c’est la résurrection ; la pierre est enlevée et le germe apparaît . C’est le soleil , avec sa lumière et sa chaleur , qui est la cause de cette résurrection . Et de même , pour l’être humain qui s’est longtemps exposé à la Lumière et à la chaleur du soleil qu’est la spiritualité , un jour vient le moment de la résurrection .  Le soleil spirituel , c’est vers lui que l’être doit tendre .  Dès qu’il brille dans votre âme , vous devenez comme la terre au printemps , quand toute la nature ressuscite .

Il n’y a pas de lumière sans ombre et pas de totalité sans imperfection. La vie nécessite pour son épanouissement non pas de la perfection mais de la plénitude . Sans imperfection, il n’y a ni progression, ni ascension .

Le silence est – il opposé à la parole ? N’est – il pas plutôt la source de la semence d’où la parole émerge ? Dans ce cas ; il y a rencontre et fusion entre silence et parole . Le silence s’écoule dans la parole , traversant l’homme et empruntant ses lèvres pour répandre au – dehors . Ainsi le silence est la source du fleuve ou du ruisseau qui s’étend entre les rives de la bouche et du temps , les rapprochant , les unifiant , participant à un même amour .

Opposer le silence à la parole serait faire preuve de dualité . Le silence est présent dans la parole et la parole dans le silence .

On ne saurait envisager la contemplation sans l’action ; elles sont deux faces d’une réalité .

En silence la rose fleurit sans « pourquoi » . Elle s’épanouit naturellement . Peu importe si aucun passant ne l’admire et n’en respire le parfum .

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

Posté par suluk dans Contemplation méditative ... retour à l'essentiel | Pas encore de commentaires »

16-10-2015

Le chant des flots et du vent

 

11259735_880037278738451_6126279435951588680_n

 

Si un enfant déclare : << Je n’ai jamais vu la mer ; le bruits des vagues qui s’écrasent sur le rivage m’est inconnu >> , son père pourra lui tendre un gros coquillage et lui dire : << Mon petit , écoute la rumeur de la mer . Ferme tes yeux , tu ne vas pas la voir mais l’entendre . >> Et suivant la grandeur du coquillage , l’enfant percevra le chant des flots et du vent .

Le silence qui parle , n’est pas vu ; il est perçu par l’oreille du dedans . Il n’est pas vu , il devient pourtant palpable . Il n’est pas vu , il est pourtant possible de le toucher à la façon d’un océan . À certains instants il engloutit ; il noie ; c’est un ensevelissement .

 

 » Sache qu’il y a trois sortes de cœurs en matière d’attachement au bien et au mal et concernant leur hésitation.

Le premier cœur ,

est un cœur rempli de crainte révérencielle, purifié par les exercices spirituels et épuré des mauvais caractères.

Les idées du bien s’y déploient en puisant dans les trésors du mystère et il reçoit la guidance de la part du Roi.

Le deuxième cœur ,
est un cœur dépité, surchargé de désirs et de passions, souillé par les perversions et corrompu par le vice. Le pouvoir du démon s’y déploie avec force
et affaiblit celui de la foi.
Un tel cœur se remplit de la fumée du désir, s’obscurcit et devient comme un œil rempli  de fumée qui ne peut plus voir.
Les réprimandes et les exhortations deviennent inefficaces pour ce genre de cœur.

Le troisième cœur,
est un cœur où commencent à pointer les idées générées par le désir qui l’invitent au mal,  mais il est rattrapé par les idées générées par la foi qui l’invitent au bien.
Donnons pour illustrer ce cas l’image suivante :
le démon lance une offensive contre la raison et renforce l’appel du désir en lui disant :
Ne vois-tu pas comment un tel et un tel lâche les brides de leurs âmes charnelles,
et il ne cesse ainsi d’évoquer les cas de plusieurs savants. L’âme incline alors
vers le démon.
A son tour, l’ange lance sa propre offensive en lui disant : Ceux qui ont péri ne sont-ils pas ceux qui ont oublié l’issue finale ?
Ne sois pas dupé par l’insouciance des gens. Vois-tu, s’ils se mettent sous le soleil en plein soleil,
alors que tu as une maison fraîche et ombrée, vas-tu te conformer à eux ou rechercher ton propre intérêt ?
Comment peux-tu te mettre en désaccord avec eux à propos de la chaleur du soleil
et ne pas leur manifester ton désaccord pour ce qui conduit en enfer ?
L’âme incline alors vers ce que dit l’ange,  puis elle sombre dans l’hésitation entre les deux parties adverses jusqu’à ce que le cœur
soit dominé par ce qui lui convient.
Ainsi, celui qui est créé pour le bien sera prédisposé pour lui :

« Dieu ouvre à la soumission le cœur de celui qu’Il veut diriger.
Il resserre et oppresse le cœur de celui qu’Il veut égarer comme si celui-ci faisait un effort pour monter au ciel »
. (Sourate 6, verset 125).

Mon Dieu !
Accorde-nous la réussite pour accomplir ce que Tu aimes et Tu agrées ! « 

( Abû Hamid El Ghazali )

Posté par suluk dans Contemplation méditative ... retour à l'essentiel | Pas encore de commentaires »

Cyrilroydlnaight |
Lesouffleduvent |
Eglise Protestante Unie de ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Eglise Chrétienne Evangéliq...
| Allah99
| Eclats de joie !!!!