10-06-2018

Laylat Al Qadr et la nuit comme le jour illumine…

IMG_20180606_145408_363

Laylat Al Qadr

Et la nuit comme le jour illumine…

Il y a les nuits et la Nuit.

Cette nuit est ivre d’amour, ne dors pas !

Que nos cœurs battent tour à tour, ne dors pas !

Ne ferme pas tes paupières langoureuses…

Saisis le bonheur qui accourt, ne dors pas !

(Mekhsevi Gandjevi)

 

La nuit tombe sur nous, comme la Connaissance qui retire toute obscurité de l’âme. Chevauchée céleste, bondissant de nos pensées , chevauchant le Bourâq …nos têtes tournent jusqu’au vertige.

Ce qui a de plus précieux en l’être commence son ascension nocturne. L’ample manteau de Nuit abrite les voyageurs intérieurs. La nuit invite  à l’élévation ; son immensité emplit l’Homme d’effroi et le pousse à se prosterner. De la nuit obscure au feu de la foudre, de la nuit obscure au Buisson ardent.

Nuit, éclipse, provoquant notre effondrement, l’effacement , Lâ Ilâha Illa Allâh. Nuit du ressourcement, ressourcé par l’affirmation qu’Il est Impartageable. Un ! Un! Un! Il est le Premier et le Dernier. Aussi haut qu’on remonte le Seigneur c’est Lui.  Chaque atomes conduit vers Lui. Nuit de la beauté invisible, contemplation du cœur, le Soleil de Sa Majesté est un miroir, éblouissant nos nuits. Nuit , reposoir de l’amour, la halte de l’éblouissement.

 

Nuit blanche, nuit bleue, nuit d’amour, nuit du destin, nuit des temps et belle nuit. Vol de nuit, nuit talismanique, tendre est la nuit.

Que serait une nuit, dépouillée des couleurs propres ? Approcherait-elle, bien plus que le soleil, de l’Absolu ?

 

Nuit nue, véritable lumière, nuit qui sème l’espérance, parce qu’elle nous apprend la nudité de tout et l’infini dépossession. Habiter l’absence, se tenir dans le noir, se sentir éperdument vivant pendant que les autres dorment.

Nuit nue, éblouissante de lumière.

 

On peut entrer dans la nuit par là porte de l’amour.

Seigneur je tappe à Ta Porte, Ouvre-moi !

Il y a des oiseaux qui chantent la nuit tombée et des fleurs qui s’ouvrent avec le soir.

 

Celui qui cherche l’amour rencontre d’abord la nuit. L’amour se cherche dans la nuit et il est cette lumière qui habite la nuit.

Layla, la nuit, est belle, noire de profondeur et batailleuse. Elle cherche dans la nuit Celui que son cœur aime et qu’elle désespère de rencontrer. Elle le cherche comme une mendiante et comme une reine, comme une guerrière et comme une éplorée. Layla, la nuit,la reine noire au cœur ensoleillé,  qui chante dans la nuit de sa passion à son Bien-Aimé. Elle l’appelle, elle crie fort Son Nom dans la nuit. Layla devient Majnûn, dans l’amour fou, lumière dans sa nuit.

 

Qu’est qui tient dans le noir ?

Ce qui tient dans le noir est ce qui fait chanter dans la nuit, ce qui transforme une nuit obscure en un cantique d’amour.

Ô ma Rose, mon Beau Jardin , répond-moi !

Ma vie d’esclave t’appartient, répond – moi !

Même si je m’endors pour l’éternité, mon cœur restera dans tes liens … répond – moi !

Posté par suluk dans Ramadan, Sâlikun | 3 Commentaires »

08-03-2018

L’or spirituel

 

6MZWMjptr__LdCmlGaEsvG6811M

Le souvenir du prophète ( que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui ) est le fondement de la foi. Les mendiants sont comme des rois à cause de son souvenir.  ( Mawlana Jalaluddin Rûmî ) 

Les ténèbres du soir il éclaire, comme la lampe d’un ermite en son refuge nocturne. 

*Ta-ha 

Ami! vois-tu l’éclair ? Regarde! La lueur ! 

 Il possède une véritable «  aura » et représente le métal précieux par excellence, l’or symbolisant la lumière céleste et la perfection.

Diadème du nuage, clarté d’éclair ou lueur de lampe d’ermite. Il éclaire et luit comme la perle marine qu’on a détachée de son fil … fleur à Fleur, rose à Rose, hors de notre prison d’épines. 

* Lumière sur lumière 

Il est la foudre qui revivifie mon cœur. 

*L’or spirituel 

L’or des alchimistes symbolise la perfection, le but à atteindre. Il ne s’agit pas du métal jaune comme on le croit souvent, mais d’une évolution intérieure, d’une élévation de l’alchimiste lui-même, du plan matériel au plan spirituel. Partant du métal vil, le plomb,qui symbolise l’être brut attaché à la matière. Le plomb subit, durant un long parcours, toute une série de transformations qui le conduiront à la transmutation finale : l’or. 

La préparation de l’or spirituel comprend plusieurs états: 

—    l’or astral dont le centre se trouve dans le Soleil : Nul dieu adoré sinon Allah.

—    l’or élémentaire qui correspond à la Lune : Mohammed est le messager d’Allah.

—    l’or vif, le Vrai Feu enfermé dans tout corps sans lequel nul corps ne saurait subsister: Le Dépôt confié. 

 

Que les prières des purs se répandent sur Mohammed, l’or spirituel. Que la prière des meilleurs et des bienveillants se répande sur lui. Tes aubes, ô bien-aimé Messager de Dieu, étaient prières et pleurs. Si seulement ma prose et mon espoir pouvaient être des étapes, sur la voie qui conduit à mon bien- aimé, le Prophète lumineux, le flambeau, dans l’Autre Demeure. 

« Vraiment, Allah et Ses anges effectuent la liaison unifiante de grâce sur le Prophète. Ô vous qui avez mis en oeuvre le Dépôt confié, effectuez la liaison unifiante de grâce sur lui et soumettez-vous entièrement ! 

*Lumière sur lumière, Dieu guide qui il veut vers Sa lumière. 

 

 

 

Posté par suluk dans Non classé | Pas encore de commentaires »

25-10-2017

Le serment sous l’arbre

 

images

Dans la sourate Al-Fath (La victoire éclatante), verset 18, Dieu dit au Prophète Mohammed , que la paix et le salut soient sur lui: « Allah a très certainement agréé les croyants quand ils ont prêté le serment d’allégeance sous l’arbre. Il a su ce qu’il y avait dans leurs cœurs, et a fait descendre sur eux la quiétude, et il les a récompensés par une victoire proche ».

…Qui respire l’essence de la forêt première…  celui qui prête serment sous l’arbre.

L’arbre est vivant : il respire, il se nourrit, il connaît la naissance, la croissance, la maladie, la mort. Il figure pour nous, le temps des saisons, la durée, dans lesquels nous sommes pris. Il inscrit en mémoire sur sa tige, sous forme de cercle, sa science accumulée au long des saisons.Sa sève, qui monte des racines et redescend du feuillage, ressemble fort à ce que nous  appelons  « âme ». L’arbre, c’est cette puissance qui lentement épouse le ciel. Entre l’arbre et nous existe un lien qui nous porte à méditer. L’arbre se tient dans la verticalité. Il traverse les trois mondes : le monde souterrain où plongent ses racines, le monde intermédiaire, la surface terrestre où vivent les humains, et pour finir le monde céleste où son feuillage côtoie le soleil, les nuages, le vent et les astres. J’en ai vu un, qui était parti à la recherche de la lumière. Comme l’homme doit baigner dans l’air, comme le poisson doit baigner dans l’eau, l’arbre doit baigner dans la clarté. 

Un papillon …vole dansant entre l’eau et la lumière…

Un cri lointain d’un vent tant désiré …

Au nord se dresse une montagne verte ; à sa cime brille la lune. Au sud s’élève la porte splendide. Les  chants sacrés résonnent sans cesse au nord et au sud. 

L’arbre est une preuve qui, comme tous les autres éléments de la nature, atteste la toute-puissance de Dieu. Dans le Coran, le mot « arbre » est désigné majoritairement par le terme arabe shajar, qui y apparaît à 27 reprises. Plus précisément, en langue arabe, shajar est employé pour désigner toute plante composée d’un tronc.

 La louange est à Dieu,

Sous l’arbre, je prête serment d’allégeance au Prophète Mohammed, que la prière, et le salut de Dieu, soient sur l’arbre de la béatitude et la cité de la paix, Mohammed l’Élu, et sur sa Famille pure et sans tache.  

Posté par suluk dans Non classé | Pas encore de commentaires »

10-10-2017

Le chemin des miroirs

 

76993c75a45101ab8a821820c6c80d6b--evening-sky-artistic-photography

Dans l’arbre près de la source chantait l’oiseau éclatant , la lumière dansait dans les lampes, il tenait entre ses pattes le livre incandescent de la sagesse. Ses ailes ! Comme elles brillaient, de quelle flamme était tout son corps, à peine pouvais – je garder les yeux ouverts. Son chant résonnait dans mes oreilles, comme une voix qui fait trembler de beauté le cœur : 

« Prends-moi la main, il n’est pas de bonheur plus clair que de marcher sur une route avec celui qu’on aime au jour levé, trouvant ouverte toute l’aube. Nous recherchons la sagesse des sources, la bienheureuse connaissance de l’eau qui garde la  mémoire de l’orage. Nous recherchons la sagesse des sources, la bienheureuse connaissance de l’eau qui se souvient de la nuit traversée. Ne tarde plus, viens ! Il est temps pour toi de descendre au fond de toi pour tirer de toi la lumière. »

« Tu as douté », dit-il d’une voix sévère. 

« Ne tarde plus ! Il est temps pour toi de descendre au fond de toi pour tirer de toi la lumière. Pour l’olivier nocturne qui prie dans la pénombre, sous l’Astre rayonnant. Pour ce chemin tant désiré qui descend vers le silence. Pour ceux qui vivent assoiffés de boire à la source. Pour tout ceux qui prennent soin de la beauté et des âmes. Pour tout ceux qui t’attendent. Pour cela prie , attends et espère. »

Il fait nuit maintenant, l’oiseau poursuit son chant, parmi les pierres ignorantes et les arbres veilleurs, qui ont cessés leur danse immobile. Plus de vent …

Bientôt viendra l’éveil, dit la voix lente et noire, tu bâtiras de nuit une demeure au cœur du jour. Et vous serez les invités de la sagesse ! Entre le bruit et le silence , entre la danse et l’oraison , les hôtes de la chambre orante. Dormez sans peur. Tout en vous vibre. 

Les oiseaux porteurs de la sagesse migrante dorment dans l’arbre, la Lune au ciel monte au zénith. Arabesques tracées dans l’air, chemins parfaits, accords en pluie qui retombe sur la terre sensible, pour célébrer les noces de la nuit et du désir. Le feu de la plus pure absence, danses dorées, où les âmes s’éveillent et s’émerveillent de la nuit comme du jour. 

Déjà le jour se lève, étonne- toi du goût de miel que la lumière a mis ce matin sur tes lèvres, tandis que tu dormais encore.

Absent au jour, mais ouvert au monde je suis irrésistiblement attiré par le Soleil, comme les héliotropes, ces belles fleurs blanches ou mauves toujours tournées vers Lui. Comme un chant de retour, je peux entendre la prière que, dans leur symbiose avec l’étoile la plus majestueuse de notre ciel, elles adressent à Dieu. 

 

 

 

Posté par suluk dans Non classé | Pas encore de commentaires »

21-06-2017

En cette nuit

images (16)

 

En cette nuit, cette flamme de bougie,  jamais éteinte dans le vent nocturne, suffisamment éclairante pour que les voyageurs égarés repèrent leur chemin de retour. Cette nuit est trop belle pour qu’aucun vivant ne songe au sommeil. En cette nuit, les âmes perdues seront étoiles filantes. Les âmes aimantes, elles, seront étoiles aimantantes et aimantées; elles formeront les constellations … Constellations des âmes fondues. 

En cette nuit, qu’un appel se fasse entendre, et toute la vie reprendra !

Herbes sauvages qui s’embrasent à la moindre étincelle. Voici que les vieux pins formant bosquet re-nouent leurs racines. Voici que les astres constellés re-croisent leurs feux. Voici que les vapeurs montant du sol se muent en brumes. 

Que les brumes montent au ciel et se muent en nuages 

Que les nuages retombent en pluie bienfaitrice au sol 

Grande circulation où se laissent entraîner tous les assoiffés

Réunion dans l’attraction lustrale de la Voie lactée 

Quand l’éclat lunaire exalte le désir, s’éveillent les âmes errantes

 

Écoutez, un rossignol chante ! 

C’est le signal de la nuit mystique où la terre se donne au Ciel.

Toute la dorure des blés mûris s’éblouit à la clarté originelle. Respirations mêlés, les âmes réunies reprennent leur souffle rythmique. Il n’y a plus de demeure, il n’y a plus que la Voie. 

Je suis feu. Me rappelé-je encore le chant auprès d’une bougie ? Je suis bois. Toi, flamme. Cendre et sève , lente descente et chant ascensionnel. Gonflée ma chair craquelle de brisures et de brise. 

Je suis eau. Jaillissement bienfaisant. Larmes ? Marée montante renouvelant toutes terres desséchées, de rive en rive. 

Cette nuit est un joyau, une pierre précieuse posée sur nos chemins d’humanité. Quand reviennent les âmes errantes, l’orphelin et l’orpheline se trouvent éclairées d’une lumière autre, revécue dans une résonance infinie. 

 

 

Posté par suluk dans Non classé | Pas encore de commentaires »

08-04-2017

Fils de ma patrie

bateau

 

Voyageur des routes solaires, mon fils,
Ni vents ni neiges n’auront raison de toi.
Galope en tête sur les champs de prouesse,
La patrie originelle au berceau s’est penchée sur toi !

Mon chant, mes vers qui à la flamme ressemblent,
Garde-les bien, mon cœur s’en remet à toi !

Tu es ma fierté, mon fils, ma lumière,
Mon cœur, avec toi, jamais ne désespère.
Ton vaisseau croisera vers d’autre frontières,
Mais les vagues, dis-je, mourront devant toi !

Que ton cœur par sa fibre à la Lune s’attache,
Qu’à jamais tes mains ne demeurent sans tâches,
Et qu’à jamais ces mots soient, de moi à toi !

 

Posté par suluk dans Non classé | Pas encore de commentaires »

27-12-2016

La source

 

téléchargement (1)

Dans les profondeurs de l’océan, il n’y a pas de vague …

Si un amant a vu son aimé vêtue de bleu, la moindre trace de bleu lui rappelle son bien- aimé. Qu’il mange ou qu’il dorme, son esprit est avec lui.

« Mon cœur est devenu ermite, en l’ermitage de pensée … »

( Charles d’Orléans ) 

 

Aucunes vagues …

Un seul rythme, celui de l’amour à son aurore. Ni lenteur, ni vitesse,  car dans l’amour à son envol il n’y a rien que l’amour. Grand aigle qui plane et fond d’un seul coup. Dans le noble cœur s’abrite l’Amour, comme l’oiseau dans la verdure des bois. Prêter attention au bavardage  des feuilles, à la récitation des sources et aux sentences du vent. Enfoncez-vous plus loin dans la forêt, là où le vent devient noir. Fermez les yeux. Ecoutez ce qui, en vous, est comme une feuille, comme une source, comme un vent. La lumière du jour n’est pas la vraie lumière, la vraie lumière est dans l’obscurité de la nuit.  C’est l’eau qui nous échappe.

-Comment changer notre cœur de pierre en cœur de chair ?

- L’eau vive … des fleuves d’eaux vives …pour les cœurs liquides …

Il fait fondre la glace et rend à l’esprit sa fluidité.

Le fond de l’être est buée : Buée de buée … Tout est buée …

Ne pousse pas la rivière … Elle coule toute seule !

Le fond de l’être est flou .

- Nous n’aimons pas le flou, l’homme a peur du flou … Pourquoi ?

- Pourtant le flou c’est le réel.

Ne reste pas dans une pensée du ou bien c’est noir, ou bien c’est blanc. Ou bien … Ou bien…

L’état amoureux de représente-t-il pas le sommet du flou ?

- Est-ce le sommet ou l’abîme ?… je ne sais pas…

Mais comment le fond de l’être est flou, le fond de notre amour est donc également flou ?

- Une lumière, avec une clarté ne manque pas d’ombre … Le fond, une ombre qu’environne la lumière. Le blanc reste blanc, le noir reste noir; il y a du noir dans le blanc, il y a du blanc dans le noir … Mais il n’y a pas de gris ! 

-Il y a les deux … c’est troublant ! 

- Une flamme … dans la fumée du flou !

Vanité … L’homme humble est celui qui connaît sa buée, mais qui ne  l’impose pas ! 

Buée de buée , tout est buée … 

Ils nagent tous dans les mêmes eaux, mais là où l’un nage, l’autre se noie. 

N’aie pas peur, n’aie pas peur … de ce que nous sommes. On s’habille comme on veut, mais on reste toujours ce que nous sommes … 

N’aie pas peur … N’aie pas peur …

C’est ainsi que petit à petit l’homme retrouve sa dignité. Il se souvient … En fait, le malheur est d’oublier. 

Peu à peu, la Source, rééduque. 

 

Le calme de la nuit 

proche du lever de l’aurore 

hymne sans bruit 

solitude sonore

repos amour le repos qui restaure. 

Qui partagerait mon secret

le brasier de mon cœur ardent ?

C’est une splendeur

à nos yeux invisible 

qui m’a étreint le cœur

et qui me fait errer en ces ruines. 

J’ai dit : je l’aimerai. 

Je mens

je n’y suis pas ! 

Il est seul à m’aimer  :

Il est, je ne suis pas ! 

Je ne suis pas.

Je suis un pur néant 

je ne suis rien. 

Sans Lui 

je n’aurais pas d’existence. 

Mon essence s’élucide 

au point qu’elle n’a plus de lieu. 

Être moi n’a pas de mesure. 

Qu’est – ce que la solitude ? 

Il répondit : 

La solitude est au cœur de celui qui ne se rappelle que son aimé. 

 

Mon Tout

ma Béatitude

Solitude infinie

Immensité où je me perds …

 

« Mourez avant de mourir. »

Toi qui emmènes l’eau vers un lieu éloigné, délivre-moi. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par suluk dans Contemplation méditative ... retour à l'essentiel | Pas encore de commentaires »

20-12-2016

Madad

 

15622409_1163653377087424_5440789072072853424_n

Elles se résument toutes mes cicatrices…. une larme de désir pour toi.

Oui, nous pouvons vivre sans « pourquoi », mais pouvons-nous vivre sans « pour qui » ?

L’amour naît de l’impassibilité de l’espérance.

Frémir …

Lorsque quelqu’un est là, nous effleure, nous approche, il y a un frémissement en nous. Nous nous promenons la nuit … Une aile nous suit … Il y a un frémissement. Et dans ce frémissement, oui, il y a de l’amour. C’est l’expérience devant  le numineux. Terrifiant, parce que nous sommes devant une autre conscience, une autre réalité. Fascinant, parce que c’est à la fois ce qui nous attire le plus et ce qui nous fait peur. L’émerveillement …la fascination, la beauté, l’attirance. 

-Trop de lumière aveugle ? 

Bien sûr, trop de lumière aveugle ! Et là, effectivement c’est le trou noir, c’est le trou blanc … 

C’est le troublant ! … 

Il s’agit alors de se laisser troubler. De se laisser troubler par le troublant. Mais pour cela, il faut s’accepter troué ! 

-Voulez – vous dire qu’il faut s’accepter « rien » pour être « tout » ? 

-Il faut s’accepter « trou » ! 

Regarde ta peau : elle est pleine de trous. Et si vous n’aviez pas de trous, vous ne pourriez pas respirer !

S’accepter comme troué, c’est s’accepter ! Nous n’arrêtons pas de chercher à boucher le trou, à combler notre rien. Alors que ce trou est simplement la place de l’Aimé . 

La vrai question est : comment intégrer l’Infini dans le fini ? 

Le Buisson Ardent … Le Buisson brûlait mais n’était pas consumé ! De même la flamme Infini brûle en nous mais ne consume pas notre humanité, au contraire, elle l’éclair ! 

Eh oui … Dans ce désert, une brise légère, un vent violent, nous trouent, nous vident dans cette vacance. 

Au cœur même de notre vide, notre manque peut se donner à vivre.  

- Où vais-je ? 

- Tu viens de ce Silence d’où vient l’inspir et où retourne l’expir. 

Tu vas là d’où tu viens. Là d’où vient l’inspir, là où va l’expir. Tu vas à ce Silence entre l’inspir et l’expir …

Tu vas là où tu as toujours été …

Ainsi, une ultime fois : Où es-tu ? 

Dis : 

Je suis avec lui. 

J’écoute d’où me vient le souffle et où retourne le souffle. 

Là, tu es. 

 

 

 

Posté par suluk dans Sâlikun | Pas encore de commentaires »

01-10-2016

La raison et l’Amour

 

10453440_10206374657509019_1008277127918191614_n

Écoutons le dialogue entre la raison et l’amour :

La raison dit:<< Je suis la lame du raisonnement et de l’argumentation.>>et l’amour répond :<< Je suis l’épée de l’anéantissement. >>

La raison dit: << Je m’appuie sur la raison et les faits.>> Et l’amour répond : << Tu restera misérable tant que tu seras prisonnier de tes raisonnements.>>

La raison dit: << Tu n’atteindras pas ton but sans mon aide. >> Et l’amour répond : << Tu ne peux exister qu’après t’être consumé dans mes flammes.>>

La raison dit: << Prends garde à toi et obéis à ton intelligence.>> Et l’amour répond : << Abandonne ton moi et oublie ton ego.>>

La raison me dit: << Le monde t’appartient.>>  Et l’amour répond : << Toi et tout ce qui existe appartenez à Lui.>>

L’amour dit: << Consacre ta vie à la recherche du Bien-Aimé.>> Et la raison s’exclame : << Ne te lance pas dans cette aventure dangereuse et sauve-toi.>> 

La raison dit: << Je connais le bien et le mal.>> L’amour répond: << Ma Voie est au-delà de tout cela. >>

La raison dit: << Je suis ton guide dans l’existence.>> L’amour répond : << Je suis la clef de la non- existence.>> 

La raison dit: << Je suis l’ordre qui règne dans l’univers.>> L’amour répond : << Ma route mène en dehors des quatre points cardinaux.>> 

La raison dit: << Je suis l’insigne de la gloire.>>  L’amour répond : << Je suis inconnu.>> 

La raison dit: << Je possède la science.>> L’amour répond : << Je n’aspire qu’à Dieu.>>

La raison dit: << Je cherche Dieu entre les murs. >> L’amour répond : << Je suis amoureux de tout l’univers parce qu’il appartient à Dieu. >> 

 

L’amour est le lasso divin qui permet de parvenir aux vérités du monde spirituel et au principe de l’Unicité. La raison est basée sur la science, le raisonnement et l’imitation; l’amour est fondé sur la grâce et l’intuition. 

La raison permet de discerner la goutte d’eau de l’océan; l’amour transforme la goutte d’eau en océan. 

La raison est la source de la prétention et de la vanité; l’amour est le ferment de la dévotion et du besoin spirituel. 

La raison est la fidèle servante du « moi », alors que l’amour est le chef de la guerre contre le « moi », au service de l’âme. 

L’amour édifie au pays du cœur l’Eden de l’Unicité, de la paix et de la pureté. 

Le rôle du pèlerinage du cœur est d’encourager l’armée de l’amour dans sa conquête du domaine, pour arriver à l’Eden spirituel. 

 

La vérité ne saurait être sans la Lumière de Mohammed ( que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui ).

Sanà’i: <<Quand ton cœur est empli de la Lumière de Ahmad, sache avec certitude que tu es préservé du feu.>>  

Sur le chemin de Mohammed ( que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui ) tu es poussière.

« Puissé-je être de la poussière ! » 

« Homme sur la voie, il te faut atteindre le seuil, ce seuil de la gloire et de la vérité est Mohammed l’Elu… La Rose. »

« Dirige-toi vers la lumière de l’âme de l’Elu afin d’accéder par elle à la Royauté… va au seuil de l’Elu… deviens sa poussière. 

 

« Le pauvre authentique ici-ba est celui qui est noir dans sa pauvreté. Je te dis une vérité n’en sois pas fâché au-dessus du noir n’est point de couleur. » 

 

 

 

 

 

Posté par suluk dans Contemplation méditative ... retour à l'essentiel | Pas encore de commentaires »

27-08-2016

Nommer celui qu’on aime

 

13692652_1012867982165965_8167686689379551496_n

C’est attristant d’ignorer le nom de ce qu’on aime. C’est la mélancolie pure ! Quand on le connaît, le nom vient se poser délicieusement dans notre esprit comme un oiseau sur notre main. Nommer ce qu’on aime, c’est l’aimer encore mieux, c’est un surcroît d’amour. Mais cela ne me suffit pas… je rêve de nommer la Rose avec la langue qui est sienne, celle qui est au-delà des mots courants.  Cette Rose qui peut faire mal aux yeux tellement elle est belle et qui éblouit autant que le soleil.

Un visage qui voit se prosterner les fleurs.

L’éclat des fleurs cède à son éclat,

Pendant que le feu cède à mon souffle. 

Je voudrais que ma vie soit comme une fleur qui ne cesse jamais de s’ouvrir vers ce Parfum toujours plus grand. 

Je suis son tournesol, il est mon soleil.

Je sens alors comme un voile qui se déchire devant mes yeux et je me mets à voir. J’ai devant moi une pièce de velours noir et par moments elle se déchire, et derrière ce velours noir il y a de l’or pur. 

 

Les gens qui étaient assis dans les ténèbres,

Une lumière glorieuse ont vu.

le prophète de Dieu,

Mohammad, Al Amin. 

Nous allons chanter tes louanges éternellement,

Notre Mustapha,

Ta Lumière est Guidance dans les ténèbres. 

Notre Ahmed,

Le monde est merveilleux par sa Prophétie.

Notre Ta Ha,

Le joyaux de Dieu.

Les gens qui étaient assis dans les ténèbres

Une lumière glorieuse ont vu. 

le prophète de Dieu,

Muhammad, Al Amin. 

 

Ô Seigneur, Daigne répandre Ton Salut sur la Baume des âmes ainsi que sur sa Famille et ses Compagnons. 

Posté par suluk dans Contemplation méditative ... retour à l'essentiel | Pas encore de commentaires »

Cyrilroydlnaight |
Lesouffleduvent |
Eglise Protestante Unie de ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Eglise Chrétienne Evangéliq...
| Allah99
| Eclats de joie !!!!