08-01-2017

Cavalier seul

 

6183c3a3f78cd95cf514ea75da26e891

Toute quête chevaleresque a un triple objet : action, amour et connaissance. 

« Je suis obligé, suivant l’ordre de la chevalerie errante, où j’ai fait profession, de vivre toujours en alerte et d’être, sentinelle de moi-même. »   (Don Quichotte )

Cavaliers … ceux qui avancent dans le Réel. Ces derniers sont le plus souvent seuls. La foule ne les écoutent pas, se moque d’eux, leur jette des pierres. Devant eux il y a que l’interminable plaine ou l’immense océan. Celui qui aime n’est jamais seul. Même s’il est renié de tous. Il arpente le désert à la marche comme si c’était un jardin fleuri. 

-Je t’enlèverai, te conduirai au désert, et là, je parlerai à ton cœur, nuit et jour…Ici, il n’y a plus rien, plus que Lui, Il est Tout, il suffit et c’est de Lui seul qu’on vit. On le trouve partout, à la lessive comme à l’oraison. 

Fais connaître la Réalité au faucon de ton âme, rend le digne d’approcher la main du Roi. Afin que lorsque le tambour du retour retentira, du désir ardent qu’il lui inspire il prenne son essor. Quand il aura perdu cœur et âme, il viendra alors se poser sur le poignet du Roi. Mais tant que la tête du faucon est couverte du chaperon comment serait-il digne de la main du Souverain. Quand il se sera initié à la voie et lorsqu’il sera devenu voyant, par la main du Roi son cœur sera vivifié. Le faucon qui aura reçu la distinction découvrira ce qui jusqu’alors l’empêchait d’avancer. Mais si ton faucon s’attarde ici, comment le Roi le rappelait-il auprès de Lui ? Si par contre tu élèves ton faucon dans la dignité, avec dignité, il atteindra la main du Roi. Sinon le Roi lui-même lui donnera sa réponse, quel regret éprouveras-tu alors des paroles du Roi. 

Posté par suluk dans Sâlikun | Pas encore de commentaires »

27-12-2016

La source

 

téléchargement (1)

Dans les profondeurs de l’océan, il n’y a pas de vague …

Si un amant a vu son aimé vêtue de bleu, la moindre trace de bleu lui rappelle son bien- aimé. Qu’il mange ou qu’il dorme, son esprit est avec lui.

« Mon cœur est devenu ermite, en l’ermitage de pensée … »

( Charles d’Orléans ) 

 

Aucunes vagues …

Un seul rythme, celui de l’amour à son aurore. Ni lenteur, ni vitesse,  car dans l’amour à son envol il n’y a rien que l’amour. Grand aigle qui plane et fond d’un seul coup. Dans le noble cœur s’abrite l’Amour, comme l’oiseau dans la verdure des bois. Prêter attention au bavardage  des feuilles, à la récitation des sources et aux sentences du vent. Enfoncez-vous plus loin dans la forêt, là où le vent devient noir. Fermez les yeux. Ecoutez ce qui, en vous, est comme une feuille, comme une source, comme un vent. La lumière du jour n’est pas la vraie lumière, la vraie lumière est dans l’obscurité de la nuit.  C’est l’eau qui nous échappe.

-Comment changer notre cœur de pierre en cœur de chair ?

- L’eau vive … des fleuves d’eaux vives …pour les cœurs liquides …

Il fait fondre la glace et rend à l’esprit sa fluidité.

Le fond de l’être est buée : Buée de buée … Tout est buée …

Ne pousse pas la rivière … Elle coule toute seule !

Le fond de l’être est flou .

- Nous n’aimons pas le flou, l’homme a peur du flou … Pourquoi ?

- Pourtant le flou c’est le réel.

Ne reste pas dans une pensée du ou bien c’est noir, ou bien c’est blanc. Ou bien … Ou bien…

L’état amoureux de représente-t-il pas le sommet du flou ?

- Est-ce le sommet ou l’abîme ?… je ne sais pas…

Mais comment le fond de l’être est flou, le fond de notre amour est donc également flou ?

- Une lumière, avec une clarté ne manque pas d’ombre … Le fond, une ombre qu’environne la lumière. Le blanc reste blanc, le noir reste noir; il y a du noir dans le blanc, il y a du blanc dans le noir … Mais il n’y a pas de gris ! 

-Il y a les deux … c’est troublant ! 

- Une flamme … dans la fumée du flou !

Vanité … L’homme humble est celui qui connaît sa buée, mais qui ne  l’impose pas ! 

Buée de buée , tout est buée … 

Ils nagent tous dans les mêmes eaux, mais là où l’un nage, l’autre se noie. 

N’aie pas peur, n’aie pas peur … de ce que nous sommes. On s’habille comme on veut, mais on reste toujours ce que nous sommes … 

N’aie pas peur … N’aie pas peur …

C’est ainsi que petit à petit l’homme retrouve sa dignité. Il se souvient … En fait, le malheur est d’oublier. 

Peu à peu, la Source, rééduque. 

 

Le calme de la nuit 

proche du lever de l’aurore 

hymne sans bruit 

solitude sonore

repos amour le repos qui restaure. 

Qui partagerait mon secret

le brasier de mon cœur ardent ?

C’est une splendeur

à nos yeux invisible 

qui m’a étreint le cœur

et qui me fait errer en ces ruines. 

J’ai dit : je l’aimerai. 

Je mens

je n’y suis pas ! 

Il est seul à m’aimer  :

Il est, je ne suis pas ! 

Je ne suis pas.

Je suis un pur néant 

je ne suis rien. 

Sans Lui 

je n’aurais pas d’existence. 

Mon essence s’élucide 

au point qu’elle n’a plus de lieu. 

Être moi n’a pas de mesure. 

Qu’est – ce que la solitude ? 

Il répondit : 

La solitude est au cœur de celui qui ne se rappelle que son aimé. 

 

Mon Tout

ma Béatitude

Solitude infinie

Immensité où je me perds …

 

« Mourez avant de mourir. »

Toi qui emmènes l’eau vers un lieu éloigné, délivre-moi. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par suluk dans Contemplation méditative ... retour à l'essentiel | Pas encore de commentaires »

30-08-2016

Le secret des fleurs

 

13615376_10154285162587716_7984044232766137716_n

Il existe un amour réel, qui jamais ne change, mais surtout qui jamais ne meurt. Pourtant nous sommes mangés par les verres de notre vivant. Cette vie qui nous ronge le cœur. Le réel y passe et les faux semblants prennent place. Juste l’ego et l’argent, l’argent mesurant l’amour, l’ego dévastant les cœurs.  Et puis la vie passe… à peine le temps d’appuyer son visage contre la vitre en feu. Un camp de concentration invisible couvre la terre. Parfois, par un sursaut d’éveil, un éclair de l’œil du cœur nous en sortons. Ici, clairières assassines, soleil bénisseur, arbres méditant : la nature nous guéris en marche.

Secrètement on se prend à demander aux fleurs, aux arbres, aux plantes:

<< Où trouvez-vous cet amour qui vous rend vert  ? >>

Eux nous répondent : 

<< Nous avons un maître qui souffle l’amour en nous, jour et nuit, semaine et mois.>> 

Chaque fleur, chaque arbre reste éveillé à la venue du Souffle. Souffle d’amour à travers le monde. Toutes les fleurs ouvrent leurs cœurs à ce vent sacrée, elles se nourrissent de cet amour diffusé en ce vent.   

La pluie du cœur bâtit autour de mon visage son monastère de gouttes d’eau. Je puise dans ta vision les forces nécessaires pour résister au monde. J’aime pensé que nous pourrions, maintenant que tout est détruit, reprendre l’alphabet de l’éternel. Tu en serais la première lettre et la dernière.  Mon ciel repose sur un visage lumineux, sur l’étoile blanche de ses pétales, sa lumière qui éclate est une rose en suspension dans mon vide. Le ciel est un torrent qui se jette dans l’amour de Dieu, ce torrent qui coule dans l’infini ouvert d’un cœur. Il n’y a pas de distance. L’éternité est là, sous nos yeux, sous nos pieds, dans un pétale. 

Personne n’a aujourd’hui plus mauvaise réputation qu’une petite fleur. Qui ne l’a pas piétiné… 

Très humble, douce et ferme marguerite, je te salue, avec toi l’espérance retrouvée d’une entrée en force d’une lumière dans mon âme délivrée. 

Posté par suluk dans Contemplation méditative ... retour à l'essentiel | Pas encore de commentaires »

05-07-2016

L’aïd,la fête du cœur

 

13466157_1708477752735373_8065367316254207327_n

Le mot aïd ( fête ) vient du terme aoud qui signifie « retour ». Une fête est à chaque fois l’occasion de goûter à une joie renouvelée. 

Alors qu’à chaque souffle les musulmans célèbrent la fête, ils aspirent à chaque souffle au Bien-Aimé et prenant refuge dans l’essence divine. Cela représente le retour du cœur à son origine: Le Bien-Aimé, à chaque instant et avec chaque souffle.

La fête du cœur… Cette façon de se délecter d’amour dans le souvenir du Bien-Aimé est une fête qui inspire la joie. 

Allah est le plus Grand, Allah est le Plus Grand, nul n’est digne d’être adoré en dehors d’Allah, Allah est le Plus Grand, Allah est le Plus Grand, à Allah sont attribuées les louanges.

Ainsi, il est dit dans le Coran: << En vérité nous sommes à Dieu et nous retournerons à Lui.>> (s.2, v.156)

 

 

Posté par suluk dans Contemplation méditative ... retour à l'essentiel, Ramadan | Pas encore de commentaires »

26-06-2016

La diète est le meilleur des remèdes

30-06-2009_491951-218x218

« La diète est le meilleur des remèdes. »

Faire la diète signifie, être totalement conscient de ce qu’on met dans la bouche et de ce qui arrive à l’estomac. La première étape de la diète consiste à contrôler le désir de l’ego de manger. 

Suivre une diète pour l’âme signifie éviter de satisfaire ses mauvais désirs. La diète sera alors un remède pour la dimension spirituelle. 

Le cœur est un organe qui doit être nourri, mais pas en mangeant. Le cœur se charge et télécharge. Il se détruit si on lui donne une mauvaise nourriture spirituelle, mais si on lui donne une nourriture spirituelle saine, il va s’épanouir. Tout comme l’estomac est source de maladies physiques, le cœur est la source de maladies spirituelles. Au même titre que la diète, est considérée comme un remède pour le corps physique, le fait de faire attention à ce qu’on donne au cœur est un remède pour le corps subtile.  

 

Posté par suluk dans Contemplation méditative ... retour à l'essentiel | Pas encore de commentaires »

14-05-2016

Le Code d’honneur du noble chevalier

 

12193294_10154336373642729_7383260758507839419_n

-Un chevalier à le souci d’avoir la mort à l’esprit, chaque jour et chaque nuit. Voici pourquoi. Toute vie humaine est semblable à la rosée et au gel matinal, qui sont des choses fragiles et éphémères.

- Un chevalier doit faire la part du vrai et du faux et efforcer de faire le vrai et d’éviter le faux, la voie des nobles chevaliers est vivante. Le chevalier combat pour la  Vérité. 

- Un chevalier se doit d’être brave. D’une manière générale, le courage n’est pas quelque chose qui se manifeste uniquement quand vous portez une armure. La différence entre un brave et un poltron peut être observée dans la vie de tous les jours. Celui qui est naturellement brave manifeste sa loyauté et sa dévotion à l’Unique. Il emploie son temps libre à l’étude et à parfaire sa pratique. Il prend soin de sa santé, il est frugal et sobre. Il prend soin de lui, en évitant les habitudes nuisibles à la santé comme les excès de nourriture. Il se montre patient et tolérant à l’égard de toutes les créatures. Cela reflète le tempérament du brave.

 - Un chevalier noue naturellement des relations d’amitié avec d’autres chevaliers braves et justes. Des chevaliers ne peuvent devenir des amis que lorsqu’ils voient dans le cœur de l’un et de l’autre.

- Pour un chevalier, il est fondamental de toujours être attentif à ne pas médire, même si il voie ou entend de mauvaises choses à propos d’un collègue.

- Le chevalier effectue quotidiennement sa lessive, afin de nettoyer les taches incrustées sur son manteau. La corruption, c’est comme le signe que le manteau blanc est en train de devenir gris souris. La veste est souillée de graisse, de saleté et de poussière, il faut donc la laver avec une bonne lessive pour qu’elle redevienne propre. En revanche, quand le cœur humain est altéré par toutes sortes de choses qui salissent, un simple lavage et rinçage, ne peut pas le purifier, il faut le laver et le rincer avec constance. Vous aurez beau laver le cœur humain, vingt-quatre heures sur vingt-quatre, quoi que vous faisiez, en toute circonstances, il se salira encore très facilement. Il existe une grande quantité de lessives utilisées pour laver les manteaux blancs. De même, il existe différentes manières, semblables à la lessive, de nettoyer le cœur des guerriers. Quelles sont – elles ? Ce sont la loyauté dans la Vérité, le devoir de œuvrer pour la Vérité, la prosternation face à la Vérité,  le Rappel constant de cette Vérité et le courage  œuvrer sur la voie de la Vérité. Qui auras le courage de lever le glaive face au mensonge, à la calomnie et  à l’injustice ? … Qui a le courage d’œuvrer selon la Conscience ? Certaine crasses sont enlevées par la lessive de la loyauté et de la fidélité, et certaine crasse ne résiste pas à la lessive du devoir et du rappel. Quand une tache demeure obstinément même après qu’elle a été lavée avec la loyauté et rincée avec le devoir et le rappel, alors utilisez  la lessive du courage et faites l’effort de frotter avec détermination. C’est le secret auquel les guerriers ont recourent en dernier lieu pour purifier le cœur.  

- Un chevalier consacre toute sa vie au service de son Unique Roi. Lorsque vous comprenez que vous n’êtes pas maître de vos devoirs, votre vie ne vous appartient plus. Ne sachant jamais à quel moment votre Seigneur à prévu pour vous le Retour au Château. Un Serviteur loyal sait qu’il a un Maître; il ne sait pas qu’il a un moi.  Présentez – vous, le sabre à la main et dites: << Je suis untel, serviteur de l’Un. >> 

 

 

Posté par suluk dans Sâlikun | Pas encore de commentaires »

11-04-2016

Essences du printemps

 

12804779_1098347443550579_6340199369565022461_n

Au printemps, le temps est un temps pour le renouveau de chaque être vivant.

Au premier regard, c’est une profusion de fleurs. Chacune d’elles apporte son éclat, sa fraîcheur, dans ces lieux fertiles. Une profusion de fleurs qui témoignent, par-delà l’abondance et la diversité, que chacune d’elles est unique, que chacune mérite une attention, car  chacune d’elles  représentent une louange différente. Quand aux cinq arbres qui les encadrent et les protègent, ils sont comme autant de piliers nécessaire à l’homme. Robustes et élancés, au tronc impeccablement vertical,  tel les colonnes du ciel. Tous sont très verts, feuillus, et portant des fruits. Le paysage entier parle de verdoiement et de croissance.

C’est le devoir de l’être humain de grandir, de porter fleurs et fruits, de prodiguer joie et douceur, abri et consolation, de grandir jusqu’à toucher le ciel.

L’île du cœur n’appartient pas à la géographie ordinaire, elle est impossible à localiser sauf en la cherchant tout au fond de soi, là où gît engourdi le Grand Amour, ou encore au plus haut de soi, à la fine pointe de l’âme. Ici, le temps n’exerce aucun pouvoir : les fleurs ne fanent pas, les arbres gardent feuilles et fruits. Les saisons n’ont plus cours ou sont toutes réunies, puisque poussent à la fois la jonquille du printemps, la rose de l’été et le houx hivernal.

« Un cœur pur, ouvert à la lumière, sera rempli de l’essence même de la vérité. »
~Rumi

Ce que le cœur respire… Ce à quoi il aspire…

Le parfum de l’Amour sublime auquel seul le cœur aspire, cette essence impalpable, personne ne peut la capturer, mais certains deviennent aptes à la humer, comme on respire la rose. Les parfums ont toujours servi de métaphore pour désigner les réalités subtiles. Le parfum s’offre gracieusement, mais il échappe à toute prise. Il charme, surprend, berce ou bouleverse, il fait surgir des émotions, des souvenirs, et suscite des états de conscience. Ainsi, par sa présence indéniable et insaisissable, le parfum renvoie à un univers auquel ne mènent ni les sens corporels, ni le savoir rationnel : voici le monde des essences… La Sagesse immatériels.

Un intense sentiment relie l’âme au jardin verdoyant, où elle s’exerçait à toucher l’impalpable, à savourer de subtiles nourritures, à humer des parfums délicieux. 

<<Lève-toi et va vers toi-même. >>

<<Nourris l’oiseau de ton âme et ne profane pas ton trésor. >>

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par suluk dans Contemplation méditative ... retour à l'essentiel | Pas encore de commentaires »

10-03-2016

Pluie de larmes

 

2016-02-25 08.35.36

 

La goutte a pleuré :
« je suis séparé de la mer. »
La mer s’est moqué de la goutte en disant :
« nous sommes tous de l’eau. »

Mais quand le goût est gâté, tu trouves le doux amer, comme l’a dit le poète :

Qui a la bouche amère est malade. 

Par elle, il trouvera l’eau limpide amère. 

 

Les larmes libèrent les étincelles de lumière captives de la matérialité. Elle font découvrir un puits d’eau vive là ou, l’œil ne percevait plus qu’un puits à jamais comblé. Les larmes désarment et lavent. 

Tout fleuve ne se remplit que par les chutes de pluies.

Prends ton bâton de voyageur, et pars !

Le voyageur dans la galaxie des âmes ne peut que grandir !

Et les mots d’épreuve se sont répétés et sont tombés sur les têtes. À peine on s’échappe d’un feu qu’un autre l’enflamme. Même si la pluie vient humidifier les ailes de fraîcheur et de paix, la foi ne fait qu’augmenter face au feu, ainsi que la conviction à franchir les flammes de la voie ascendante.

 

Si fragile ; à s’y agenouiller.

Puisque cette hauteur s’inverse et s’évase. 

Étrange hauteur qui s’effondre sous le poids des larmes, 

Jusqu’à tomber « face contre terre », et qui, 

Dans sa détresse, en appelle au réconfort de Dieu. 

Qui porte vive en lui la blessure, 

À présent dépose sa larme avec humilité entre les mains de son Seigneur.

Il ne s’érige plus en juge satisfait de lui-même,  

Sûr de son amour et de sa foi, de son courage et de sa fidélité; 

Sa défaillance lui ouvre les yeux- En les brûlant de larmes,

Qui lui ouvrent le cœur- En le lui déchirant,

Qui lui ouvrent l’intelligence- En la catastrophant. 

 

Dans les moments de nostalgie, le Coran possède de brûlantes lumières. Celui qui tient à ses versets brûle son existence de braises, il est celui qui peut emprunter un chemin à l’encontre des grosses tempêtes.

 

Posté par suluk dans Sâlikun | Pas encore de commentaires »

27-02-2016

Le noble chevalier

 

13b08c032f48db7a6b2903967d2307a5

Le chevalier noble… son chemin est chevaleresque. 

Sa monture est noble. 

Mais sa valeur n’est pas dans son sabre,

Ni dans sa monture. 

 

Le chevalier  noble,

Sa valeur est son cœur, 

La force de son cœur, 

La lumière de son cœur,

Son intégrité, 

La réalité et la noblesse de son cœur. 

 

Et pour cela le cœur noble et vaillant, est forgé à la plus haute température. Pour façonner les pierres précieuses, on  prend les températures les plus intenses. Le douloureux amour, tout entier fait de sacrifice et de silence dans le don de soi : cette douce chaleur immatérielle qui naît et se propage dans le secret du cœur. L’Amour plus souverain que la chair meurtrie qui le porte. 

 

L’arc dont les flèches ne pointent pas vers la cible du salut se brisera, car l’archer manque d’équilibre. L’arc dont la corde est tendue avec sincérité ne verra point sa flèche dévier. Aucun royaume ne sera en sécurité tant que les voleurs intérieurs et les bandits extérieurs seront en liberté; se libérer des malfaisances exige un pas ferme et assuré. 

 

Retire tes chaussures, jette ton bâton et regarde vers les horizons nocturnes les liens de lumières éclairés de grappes d’amour suspendues… Et cueille ce que tu peux. Tu as, pour chaque battement de cœur,  lumière et feu ! Quant à la lumière, c’est la nourriture de ton retour. 

 

Et j’ai trouvé mon chemin et j’ai suivi la trace des troupeaux et l’émergence des lumières brûlantes s’allumant dans Ses près… 

 

 

 

 

Posté par suluk dans Sâlikun | Pas encore de commentaires »

26-02-2016

La traversée de l’en-bas

 

image

Les profondeurs …

C’est comme cette cendre brûlante et noire qui, au moment de l’éruption du volcan, couvre la ville, étouffe, engloutit tout. 

Où est le volcan ? 

À  l’entrée du souterrain, se tient la miséricorde. Il est écrit qu’ à la porte des jardins, se tient l’épée de feu qui empêche tout retour et qui éveille l’âme à la paix et l’esprit à la vérité… la petite flamme qui ne peut s’éteindre. 

 

« Car cette lumière-là est le cœur de mon cœur. La parole est dans le cœur et la langue n’est que le signe qui témoigne du cœur. Une lumière qui naît de par-delà tout horizon, de la chaleur infiniment discrète d’un amour qui aime au-delà de tout amour. »

 

Et qu’est-ce qui va réunir tous les humains ? 

La fréquentation de l’en-bas défait, sans pitié, les illusions de hauteur. 

L’humanité est division, déchirement, détresse; pas seulement, mais assez pour décourager tout survol. C’est sans doute dans le bas qu’on perçoit la seule unité possible des humains : par une lutte immense pour tirer l’humanité hors de ce qui la défait. 

C’est en traversant le souterrain du bas, que l’homme peut connaître sa grandeur. 

À chacun selon sa force et selon Sa Grâce. 

 

Serions-nous le sel de la terre ? 

 

Je m’enlise dans la vase des bas-fond.

Je suis entré dans les eaux profondes,

 Et le courant m’emporte. 

 

 

 

 

Posté par suluk dans Sâlikun | Pas encore de commentaires »

Cyrilroydlnaight |
Lesouffleduvent |
Eglise Protestante Unie de ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Eglise Chrétienne Evangéliq...
| Allah99
| Eclats de joie !!!!