21-06-2017

En cette nuit

images (16)

 

En cette nuit, cette flamme de bougie,  jamais éteinte dans le vent nocturne, suffisamment éclairante pour que les voyageurs égarés repèrent leur chemin de retour. Cette nuit est trop belle pour qu’aucun vivant ne songe au sommeil. En cette nuit, les âmes perdues seront étoiles filantes. Les âmes aimantes, elles, seront étoiles aimantantes et aimantées; elles formeront les constellations … Constellations des âmes fondues. 

En cette nuit, qu’un appel se fasse entendre, et toute la vie reprendra !

Herbes sauvages qui s’embrasent à la moindre étincelle. Voici que les vieux pins formant bosquet re-nouent leurs racines. Voici que les astres constellés re-croisent leurs feux. Voici que les vapeurs montant du sol se muent en brumes. 

Que les brumes montent au ciel et se muent en nuages 

Que les nuages retombent en pluie bienfaitrice au sol 

Grande circulation où se laissent entraîner tous les assoiffés

Réunion dans l’attraction lustrale de la Voie lactée 

Quand l’éclat lunaire exalte le désir, s’éveillent les âmes errantes

 

Écoutez, un rossignol chante ! 

C’est le signal de la nuit mystique où la terre se donne au Ciel.

Toute la dorure des blés mûris s’éblouit à la clarté originelle. Respirations mêlés, les âmes réunies reprennent leur souffle rythmique. Il n’y a plus de demeure, il n’y a plus que la Voie. 

Je suis feu. Me rappelé-je encore le chant auprès d’une bougie ? Je suis bois. Toi, flamme. Cendre et sève , lente descente et chant ascensionnel. Gonflée ma chair craquelle de brisures et de brise. 

Je suis eau. Jaillissement bienfaisant. Larmes ? Marée montante renouvelant toutes terres desséchées, de rive en rive. 

Cette nuit est un joyau, une pierre précieuse posée sur nos chemins d’humanité. Quand reviennent les âmes errantes, l’orphelin et l’orpheline se trouvent éclairées d’une lumière autre, revécue dans une résonance infinie. 

 

 

Publié par suluk dans Non classé | Pas de Commentaires »

15-06-2017

Ô brûle-moi d’amour

 

téléchargement (11)

Brûle-moi d’amour 

Laisse mon âme ,

Au silence de la nuit,

A l’aurore du jour,

T’adorer. 

Laisse-moi T’adorer ,

Comme on brûle d’amour. 

Mène-moi au puits de Ta source , 

Que je croise Celui qui me murmure l’espérance.

Ma tunique se brode d’un vert lumineux, 

Emmène -moi sous l’arbre béni, 
l’olivier qui ne provient ni de l’Orient, ni de l’Occident, 

Une lampe lumineuse par essence . 

Emmène- moi sous l’arbre de la satisfaction,

Que je porte  allégeance à la Rose. 

Près d’elle , je désire veiller…

Ô, montre-moi le chemin,

Le chemin de ceux qui brûlent d’Amour. 

Brûle-moi d’Amour,  

Incendie  en mon âme toutes choses qui ne sont pas Toi…

Accomplis en moi Ta parfaite volonté, 

Je n’ai que ma langue pour Te louer, 

Et comme le tout petit, j’acclame ton Nom !

Vers le ciel de mon âme, 

Je Te glorifierai, 

Toi, l’au-delà de Tout, 

Pour illuminer mon âme de Ta Splendeur !

Ô, brûle-moi d’Amour !

 

 

Publié par suluk dans Non classé | Pas de Commentaires »

04-06-2017

Deviens océanique

 

images (14)

- Deviens océanique. 

Tard, seul, dans le bateau de ma vie, ni terre, ni lumière aux alentours…épais manteau de nuages. 

J’essaie de rester juste au ras de la surface, mais déjà je suis dessous et je vis dans l’océan. 

- Lave toi de toi-même. 

Quand l’océan déferle, laisse- moi faire plus que l’écouter. Laisse la vague inonder ma poitrine ! 

Je suis empli de toi, Océan. Peau, sang, os,cerveau, âme. 

- Les grandes eaux ne pourront éteindre l’amour, ni les fleuves le submerger. 

Allonge-toi sur ces collines qui t’attendent et qui désirent l’orage. 

Voici que la mer se soulève, et la Lune à présent scelle les flots. Tendu comme un arc, Lune claire et élevée. 

Vague après vague engloutissant les ténèbres, l’océan s’enfle autour du vaisseau,et mon âme s’agite comme les flots. 

- Que tes chants roulent au-dessus des abîmes…

Dans cette chanson respire la Patrie. Joue cette mélodie dans mon âme, les flots y sont en furie. 

Joue, je sens déjà des ailes. Je vole au-dessus des flots vers l’arc-en-ciel … Regarde ce que tu as fait en chantant : C’est en moi que se déchaîne l’océan. La chanson s’exhale, déchire mon âme et la Patrie prend forme au-dessus des larmes. Ô Patrie, le soleil t’illumine. 

- Pourquoi dit-on que vous êtes sans Patrie ? 

N’avez-vous donc point le ciel ? 

Vous Voguez … 

Tu es ma Patrie. Tu es mon appui, mon secours. Tu es mon aile, ô Toi, ô ma Patrie ! 

Mon doux souvenir et mon orage tendre. Patrie, ma Patrie, Tu es un soleil, éternellement brillant. 

Publié par suluk dans Non classé | Pas de Commentaires »

28-05-2017

Ya Mohaban meilleur des mois

ramadan-2015

Il est un secret goût sucré dans le vide de l’estomac.

Nous sommes des luths, ni plus ni moins. 

Si la caisse de résonance est emplie de matière, alors plus de musique.

Si le cerveau et le ventre sont purifiés par le feu du jeûne, chaque moment offre un chant issu du feu. 

Le brouillard s’évapore et une nouvelle énergie te fait escalader les marches devant toi. 

Rendre grâce, c’est vénérer la voie de l’abandon au vide.

Pourquoi rester en prison, la porte est grande ouverte ! 

( Rûmî ) 

Nous sommes arrivés dans un désert où l’amour apparaît. 

 

Ya Mohaban meilleur des mois

Avec amour

les pleines lunes t’accueillent

Invité de confiance et de joie

avec  toi bienfaits et récompenses

Ô Ramadan Meilleur des mois

Ya Mohaban Meilleur des mois

Jour après jour un monde d’amour

Tisses tes liens  Ô Ramadan

Ya Mohaban Meilleur des mois .

Ya Mohaban bonheur et joie

Notre mois Saint

bonheur et bien

Nous t’accueillons

Mois Bien- Aimé

Bonheur et joie

Autour de toi

Ya Mohaban Meilleur des mois

Jour après jour un monde d’amour

Tisses  tes liens  Ô Ramadan

Ya Mohaban Meilleur des mois

Ouvrez vos portes

au mois de l’amour

laissez entrer

le mois de la joie

Ya Mohaban

Sois le bienvenue

ô mois sacré du Ramadan

Ya Mohaban Meilleur des mois

Jour après jour un monde d’amour

Tisses tes liens  Ô Ramadan

Ya Mohaban Meilleur des mois

Les meilleurs oeuvres

et chants s’installent

Durant ton mois

Ô Ramadan

La lumière

à ta venue augmente

éclaire nos coeurs

Ô Ramadan

Ya Mohaban Meilleur des mois

Jour après jour un monde d’amour

Tisses tes liens  Ô Ramadan

Ya Mohaban Meilleur des mois

 

 

Publié par suluk dans Non classé | Pas de Commentaires »

19-05-2017

Célébration

 

images (11)

 

La vrai fête est celle qui réjouit ton cœur autant qu’elle l’apaise.

 

Ce sont les  mois

Ce sont les mois

Les mois d’Allah

Les mois d’Allah

 

Mouharram, range tes armes

Point de combat

Point de combat

 

Safar, temps du départ

Un long voyage

Un long voyage

 

Rabiâ Al -Awwal

Rabiâ Al -Thani

Printemps des âmes

Printemps des âmes

 

Ce sont les mois

Ce sont les mois

Les mois d’Allah

Les mois d’Allah

 

Djoumada le froid est là

Couvre toi

Couvre toi

 

Radjab Tardjib

Vénération

Adoration

 

Chaâbane Tachaoûb

Séparation

Avant l’Union

 

Ce sont les mois

Ce sont les mois

Les mois d’Allah

Les mois d’Allah

 

Ramadhan chaleur ardente

Purifie-moi

Purifie-moi

 

Chawwal temps de visite

Ouvre ta porte

Ouvre ta porte

 

Dhoul Qiîda temps du repos

Apaise-toi

Apaise-toi

 

Ce sont les mois

Ce sont les mois

Les mois d’Allah

Les mois d’Allah

 

Dhul Hidja le Hajj est là

Je viens à Toi

J’accours à Toi

 

Mouharram Rajab

Dhul-al-Qiîda

Dhul-al-hijja

Ce sont les mois

Ce sont les mois

Les mois sacrés

Les mois d’Allah.

 

 

 

 

 

 

Publié par suluk dans Non classé | Pas de Commentaires »

13-05-2017

La mer, le vent… l’Amour

 

3085224745_1_24_RYBfAA1E

-Il y a trois sortes d’hommes: les vivants, les morts et ceux qui naviguent en mer. On peut dire: ceux qui se contentent de respirer, et ceux que l’amour fit s’embarquer. L’amour est un appel au large. Il est à la fois la mer profonde et sans contours, le vent qui souffle ou qui s’abat, et le vaisseau qui s’aventure. Amour submergeant comme la marée aspirée par la Lune. 

Les vaisseaux vont appareiller.

L’amour n’a rien de sédentaire. Il chevauche, navigue, escalade, s’envole. 

Les vaisseaux vont appareiller. 

L’amour n’a rien de concis. Il est vaillance, majesté et élévation. 

Les vaisseaux vont appareiller. 

Ils aiment, ils sont en partance. 

Les vaisseaux vont appareiller sur la mer immense et dans le vent. Fort comme des conquérants, fragiles comme des oiseaux. Fous et confiants. 

 

-Mes vagues, vers toi se déroulent.

On peut toujours revenir au bord des flots, mais vers quel rivage revenir ? 

Dira-t-on du vaisseau qu’il est une prison ? 

 

-Tout s’écoule, tout se transforme.

Si tu deviens un pré fleuri, 

Je serai la pluie des nuages; 

Si tu es la mer infinie, 

Je serai tes deux rivages. 

Vois- tu, je t’ai fait don de la mer immense, 

Pour qu’un jour tu reviennes sur ce rivage, 

Pour que la mer te console en mon absence, 

Pour que s’illumine ton visage. 

 

- Mon Amour, ô mer, qui peut le retenir ? 

A travers les prés il te poursuit. 

Déferlent vers toi mes vagues- souvenirs, 

Pour te hanter chaque jour et chaque nuit. 

Si tu veux, je déferlerai sur tes rêves- rivages, 

            comme la mer.

Si tu veux, je recouvrirai de perles ton visage, 

           comme la mer. 

Si tu veux, ô profonde douleur, 

        Je me tairai comme la mer. 

        Je me tairai comme la mer. 

Ô Seigneur, fais que toute mer qui t’appartienne nous soit soumise aussi bien sur terre que dans le ciel. 

 

 

      

 

 

 

 

Publié par suluk dans Non classé | Pas de Commentaires »

06-05-2017

Comment assumes-tu,la beauté qui te hante ?

images (5)

 

L’arbre assume le printemps, 

Et la mer le couchant, 

Toi, comment assumes-tu, 

La beauté qui te hante ? 

Tu aspire à une autre, 

Plus vive que le printemps, 

Plus vive que le couchant. 

 

Souffle coupé, cœur battant, nous nous trouvons perdus au cœur d’une immensité parsemée de crevasses et de prairies. 

L’âme n’aura de cesse de résonner avec un chant plus vaste que soi. 

Une présence essentielle, faite de frémissantes interactions. Fontaine au jaillissement continu, elle distribue sans réserve ombres parfumées et éclats nourriciers à ceux que ses ondes attirent, oiseaux migrateurs, errants humains.  

Sur le haut du mont  dévoilé par le vent, une fleur nous salue, et voilà que nous tombons à genoux de reconnaissance. Un chant surgi des mémoires et parvient au lèvres : 

Une Rose 

Un regard

Toute une vie 

 

 

Publié par suluk dans Non classé | Pas de Commentaires »

27-04-2017

Elle ne reste pas sur la branche la fleur de cerisier, elle meurt avant l’été …

 

téléchargement (1)

 

Maître, la Lune claire et paisible brille tellement haut dans le ciel ! 

- Oui, elle brille très  haut ! 

- Maître, aidez-moi à m’élever jusqu’à elle. 

- Pourquoi ? Ne vient-elle pas à toi ? 

 

Contre toutes les terreurs subites…

L’éclat de la lune est intense, comme le bourgeon sur la branche.

La Lune possède sans partage l’essence de la beauté…

On eût dit une fleur pour la délicatesse, la pleine lune pour l’éclat, la mer pour la générosité…

Au printemps des fleurs, en automne la lune, en été une brise fraîche, en hiver la neige… 

Le fini et l’infini, et l’infini le fini. Le présent sous l’éclat de la Lune est l’éternité. 

 

La tristesse s’en était allée, une nouvelle  lune ranimait la terre. 

Tous les atomes de l’univers lançaient un appel, 

Criant en chœur : Bienvenue, Bienvenue !

Bienvenue, rossignol du jardin de la Beauté !

Bienvenue , Lune et Soleil de la Bonne Direction ! 

 

 

Publié par suluk dans Non classé | Pas de Commentaires »

17-04-2017

Le Sel

 

louplune-lespacearencielcom

Il est loup éclatant étoilé de nature 

Sortant d’un bois bien blanc en portant sa parure 

C’est en l’apprivoisant qu’il dévoile sa nature 

Mais regarde bien dedans et ignore sa parure. 

 

C’est en son corps sanglant que se cache le secret 

Il est parfois troublant et pourtant si discret 

Si le poignard ardent sait trouver son passage 

Ces quelques gouttes de sang seront ton héritage 

 

De poisson en vaisseau le loup s’est transformé et d’un rouge rubis il est devenu vert 

Publié par suluk dans Non classé | Pas de Commentaires »

08-04-2017

Fils de ma patrie

bateau

 

Voyageur des routes solaires, mon fils,
Ni vents ni neiges n’auront raison de toi.
Galope en tête sur les champs de prouesse,
La patrie originelle au berceau s’est penchée sur toi !

Mon chant, mes vers qui à la flamme ressemblent,
Garde-les bien, mon cœur s’en remet à toi !

Tu es ma fierté, mon fils, ma lumière,
Mon cœur, avec toi, jamais ne désespère.
Ton vaisseau croisera vers d’autre frontières,
Mais les vagues, dis-je, mourront devant toi !

Que ton cœur par sa fibre à la Lune s’attache,
Qu’à jamais tes mains ne demeurent sans tâches,
Et qu’à jamais ces mots soient, de moi à toi !

 

Publié par suluk dans Non classé | Pas de Commentaires »

12345...16

Cyrilroydlnaight |
Lesouffleduvent |
Eglise Protestante Unie de ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Eglise Chrétienne Evangéliq...
| Allah99
| Eclats de joie !!!!